Bonsoir,
nos retrouvailles d'hier soir, et les envois qui ont suivi, m'ont donné l'idée de vous envoyer (chaque jour ?) un peu de musique. Et pour commencer, une découverte toute récente, l'ensemble Private Musicke du guitarise Pierre Pitzl, avec la chanteuse Raquel Andueza :
Ensemble Private Musicke du guitarise Pierre Pitzl, avec la chanteuse Raquel Andueza

retour en haut de page

Bonjour,
le morceau d'hier est une découverte récente, qui découle de ma découverte un peu plus ancienne de l'ensemble Private Musicke grâce à un superbe CD enregistré avec Marco Beasley, Meraviglia d'amore. Et donc, Marco Beasley : une voix vraiment sexy, que m'a fait découvrir Annette il y a déjà un bon moment, à travers l'enregistrement d'oeuvres de Stefano Landi avec Arpegiatta (à l'époque où cet ensemble produisait de superbes programmes musicaux). Un CD qui commençait par la Passacaglia della vita :
Marco Beasley : la Passacaglia della vita

retour en haut de page

Bonjour,
à nouveau Marco Beasley, et l'ensemble Accordone fondé avec son ami Guido Morini. Un ensemble qui joue beaucoup de musique ancienne, mais pas que. Et surtout, de la musique napolitaine (en dépit de son nom de famille, Marco est bien napolitain).
Parmi leurs CD, Fra'Diavolo, La Musica Nelle Strade Del Regno Di Napoli, une collection de bijoux, avec une autre belle voix, très différente, le chanteur Pino de Vittorio. Je vous conseille en particulier la Marcia delle truppe Sanfediste (souvenir de l'occupation française au moment de la Révolution), et je vous propose aujourd'hui Stu pettu è fattu cimbalu d'amuri :
Marco Beasley : Stu pettu è fattu cimbalu d'amuri

retour en haut de page

Bonjour,
vous avez déjà eu l'occasion de m'entendre vanter l'ensemble Correspondances, dirigé par Sébastien Daucé, très grands spécialistes de la musique des 17ème/18ème siècles français et anglais. Voici une pièce tirée de l'album Pastorale de Noël, véritable bijou qui propose les Antiennes O de l'Avent et la Pastorale de Noël de Charpentier, ainsi que ce noël arrangé par l'un des membres de la dynasties des Ballard (grands imprimeurs de musique du 16ème au 18ème siècle), Or nous dites Marie :
Ensemble Correspondances, dirigé par Sébastien Daucé : Or nous dites Marie

retour en haut de page

Bonjour,
découvert grâce au magnifique enregistrement de Lydia Mordkovitch, avec le Royal Scottish National Orchestra sous la direction de Neeme Järvi, le 2nd concerto pour violon de Prokofiev est une pure merveille qui fut popularisée par Yasha Heifetz. Voici l'enregistrement qu'en fit le professeur de Lydia Mordkovitch, David Oistrakh :
(tout est beau, mais pour moi, c'est surtout le second mouvement - à partir de 11'01" - qui m'émeut au plus haut point !).
David Oistrakh : 2nd concerto pour violon de Prokofiev

retour en haut de page

Bonjour,
il y a quelques semaines, les Arts Florissants fêtaient leurs 40 ans. Ambiance festive pour cet anniversaire du premier grand ensemble de musique ancienne français, qui a fait découvrir tant d'oeuvres des 17ème et 18ème siècles, et reste encore et toujours un des meilleurs ensembles. A sa tête, l'ineffable William Christie, qui peut être aussi sérieux que rigolard, et qui est le père (voire le grand-père) de quasiment tous les baroqueux français. Lors du concert donné à la Philharmonie de Paris, plein de beaux moments. En voici un à l'atmosphère un peu déjantée, avec l'un des grands tubes de Rameau, issu des ​Indes galantes, Forêts paisibles (avec l'un des très nombreux "bébés Christie", Sandrine Piau, que certains d'entre nous avions eu le plaisir d'entendre à la MC2, il me semble l'an passé, dans un répertoire français du 19ème) :
Rameau : Forêts paisibles, avec Sandrine Piau

retour en haut de page

Bonjour,
lors de mon post-doc à Michigan State University, j'ai eu la chance de pouvoir chanter le Deutsches Requiem de Brahms. OK, un requiem en ce moment... mais ce n'est pas vraiment un requiem, et surtout, c'est une oeuvre d'une absolue sérénité.
Je garde un souvenir inoubliable du concert que nous avions donné : à la fin de son air, la soprano s'est retournée vers le choeur et l'orchestre... elle avait le visage inondé de larmes (et nous aussi, il faut dire, tant le moment qui avait précédé - et auquel le choeur avait eu le bonheur de participer activement - nous avait bouleversés). Cet air, Ihr habt nun Traurigkeit, c'est le morceau du jour, dans la si belle version de Barbara Bonney, avec les Wiener Philharmoniker dirigés par le Carlo-Maria Giulini (excusez du peu Clin d'œil) :
Deutsches Requiem de Brahms : Ihr habt nun Traurigkeit, Barbara Bonney

retour en haut de page

Bonjour,
il y a déjà longtemps, le flûtiste de l'ONF, Michel Moragues, organisait chaque année un festival de musique de chambre dans le Grésivaudan, et faisait venir ses copains. Bonheur ! Parmi eux, le trio Wanderer, qui avait interprété l'une des oeuvres qui lui sied le mieux, le second trio de Schubert (il me semble que c'était à Bernin, Evelyne ?).
Tout est beau dans ce monument de la musique de chambre... mais je vous suggère de commencer par l'Andante con moto, à 13'05" (si vous avez vu Barry Lyndon, ça va vous rappeler des souvenirs). Et vous y retrouverez quelques notes bien connues des Diasporim Zinger Clin d'œil :
le second trio de Schubert, par le trio Wanderer avec le flûtiste Michel Moragues

retour en haut de page

Bonjour, aujourd'hui, une oeuvre que certains d'entre vous on pu entendre interprétée par la Quinte du Loup à l'automne dernier (c'était notre bis) : Abendlied, de Josef Gabriel Rheinberger. Un compositeur que je rêvais de chanter depuis longtemps, et nos concerts Rheinberger (à part un gros ratage lors du 2ème concert aux Angonnes) furent des moments de pur plaisir (je conseille également sa messe en sol Sancta Crucis.
Et donc, voici le Abendlied, dirigé par un grand chef de choeur, par ailleurs compositeur intéressant (même si parfois un peu trop mélodiste à mon goût), John Rutter :
Abendlied , de Josef Gabriel Rheinberger, dirigé par John Rutter

retour en haut de page

Bonjour,
le grand biologiste Jacques Monod racontait qu'après la guerre, il avait découvert aux USA un enregistrement de la dernière oeuvre de Bartok, le Concerto pour orchestre, et qu'à son retour, un jour, plutôt que de faire cours, il avait fait écouter ce disque à ses étudiants parisiens : il s'agissait de la première audition de ce chef d'oeuvre en France.
Toute l'oeuvre est magnifique. Peut-être, pour la découvrir, commencer par l'Intermezzo interrotto, avec son premier thème exposé aux vents avant l'entrée d'un second thème d'une émotion exceptionnelle, aux violoncelles puis aux violons, le genre de musique qui tire les larmes (on ne rit pas !), puis un troisième thème burlesque. Bref, un mouvement tout en ruptures. C'est à 27'35" (et si vous avez aimé, je suis sûr que vous écouterez tout, et vous aurez raison !) : Le tout par l'ONF sous la direction de Bernard Haitink, un an avant l'arrêt de sa carrière... à l'âge de 90 ans !
le Concerto pour orchestre de Bartok

retour en haut de page

Bonjour,
vous rappelez-vous du premier disque que vous avez acheté ? Moi, c'était l'enregistrement des Concertos brandebourgeois de Bach par des musiciens que je ne connaissais pas encore, et qui allait bouleverser mon appréhension de la musique baroque et classique : la Petite Bande, dirigée par Gustav Leonhardt, avec ces noms magiques, les trois frères Kuijken (Wieland au violon, Sigiswald au violoncelle, Barthold à la flûte), Anner Bylsma au violoncelle, Franz Brüggen à la flûte, Paul Dombrecht au hautbois, ...
Dire que j'avais acheté ce disque surtout parce qu'il contenait, en plus, la partition !!! Au passage, même si ces enregistrements ont peut-être un peu vieilli, je vous recommande tous les enregistrements fait par le label RCA-SEON, sous la houlette d'un ingénieur du son incroyable, Wolf Ericsson.
Et voici donc le premier de ces concertos dédiés par le divin Bach à l'Electeur du Brandebourg, interprété par le Freiburger Barokorchester, une référence ! Je ne sais ce que celui-ci en a pensé, pour moi, c'est tout simplement la perfection musicale, et un plaisir incroyable.
Il s'agit en fait de "concerts", ou de concertos grosso : pas un soliste mais des solistes. Ici par exemple, deux cors naturels (tout avec les lèvres !), trois hautbois, un basson, un violon. Le piètre violoniste que j'étais a eu la chance de le jouer (musicien du rang, rasssurez-vous) avec un orchestre du Conservatoire de Grenoble dirigé par une prof géniale dont le nom rappellera certainement des souvenirs à Daniel : Andrée Claude Brayer. Que du bonheur...
Je vous laisse savourer le tout, avec une tendresse personnelle pour les somptueux échanges entre cors du premier mouvement (vers 2'18), la suave polonaise des cordes (Polacca, vers 15'45) :
1er Concerto Brandebourgeois, de J. S. Bach, interprété par le Freiburger Barokorchester

retour en haut de page

Bonjour,
en ce jour de Pâques, un motet protestant de celui que je considère comme le plus grand des compositeurs de tous les temps : Johann Sebastian Bach, bien évidemment ! Il s'agit du motet BWV 118, O Jesu Christ, meins Lebens Licht, le moins connu des motets, probablement en raison de sa simplicité par rapport aux monuments que sont les autres motets, un motet parfois classé parmi ses cantates.
Cette oeuvre, je l'ai découverte par sa partition quand je dirigeais ma première chorale, au SIM Jean Wiener, une chorale qui, hélas, n'avait pas les compétences pour chanter cette oeuvre.
Mais j'ai eu la chance de l'interpréter avec la Chorale Universitaire de Grenoble au début des années 90 (et de la diriger en concert, cadeau du chef de choeur, dont j'étais peu à peu devenu l'assistant, et à qui j'avais fait découvrir ce petit bijou... mes étudiants de bio, à qui j'avais fait l'article pour le concert, m'avaient dit qu'ils s'étaient demandés ce qui se passait quand ils m'avaient vu arriver sur le podium du chef Clin d'œil).
Et pour ce moment paisible et intense, quoi de mieux que l'un des meilleurs choeurs au monde, le Collegium Vocale de Gand, sous la direction de son fondateur, Philippe Herreweghe (psychiatre dans une première vie, heureusement fort courte pour le plus grand bonheur de nos oreilles) :
motet BWV 118, O Jesu Christ, meins Lebens Licht, de J. S. Bach, par le Collegium Vocale de Gand dirigé par Philippe Herreweghe

retour en haut de page

Bonjour,
après la musique pas toujours évidente - mais tellement envoutante - d'Olivier Messiaen, en ces temps de Pessah (et en ce jour de répétition malheureusement une nouvelle fois reportée), une "histoire juive"... A mon arrivée à l'université, j'ai intégré la Chorale Universitaire de Grenoble. Et pour notre premier concert, notre cheffe, Anne-Marie Ragot, avait choisi Monteverdi et un oratorio par trop méconnu (mais dont je me souvenais l'avoir étudié en cours d'histoire de la musique, en classes à horaires aménagés), Jephté, de Carissimi. Un grand classique de l'histoire du peuple juif (j'ai pompé Wikipedia) :
Lorsque les Ammonites déclarent la guerre aux Hébreux, Jephté est choisi comme chef pour les combattre. Avant d'attaquer les Ammonites, Jephté fait le vœu d'offrir à Dieu, en cas de victoire, la vie de la première personne qui viendra à sa rencontre à son retour chez lui... et c'est sa fille unique qui accourt la première au-devant de lui, « en dansant au son des tambourins ». Elle lui demande d’exaucer la promesse faite à Dieu, mais également de lui accorder deux mois pour « pleurer sa virginité » dans la montagne avec ses compagnes. Au bout des deux mois, Jephté exécute sa fille.
Une histoire atroce, mais une musique merveilleuse, et, me concernant, quelques airs qui continuent à me bercer plus de 40 ans plus tard, en particulier le Hymnus cantemus (vers 4'40). Voici donc la première partie de Jephté, par le Parlement de Musique, bel ensemble dirigé par le strasbourgeois Martin Gester :
Jephté, de Carissimi, par le Parlement de Musique, dirigé par Martin Gester
(et si vous aimez, la suite, c'est
Jephté, suite
puis
Jephté, suite et fin

retour en haut de page

Bonjour,
découvert dans un enregistrement de l'une de mes idoles, Gustav Leonhardt bien évidemment, voici l'hymne Ut queant laxis de la Selva Morale de Monteverdi, par l'ensemble Elyma sous la baguette d'un grand spécialiste de cette musique, Gabriel Garrido (qui s'était auparavant fait connaître par la redécouverte des musiques des Amériques, celles des missions jésuites en particulier).
Le texte de cet hymne à St Jean Baptiste est l'un des plus importants pour les musiciens en raison de son premier couplet :
Ut queant laxis
resonare fibris
mira gestorum
famuli tuorum,
solve polluti
labii reatum,
sancte Ioannes.
Ce serait le moine Guido d'Arezzo qui, en composant une version de cet hymne avec l'échelle des notes de ut à si pour chaque vers, aurait créé la correspondance entre sons et noms (ut étant par la suite remplacé par si, pour Domine, le Seigneur).
Ce chant est issu d'un ensemble de 4 CD publié par les éditions du Festival d'Ambronay :
Ut queant laxis , de la Selva Morale de Monteverdi, par l'ensemble Elyma dirigé par Gabriel Garrido
Intégrale du coffret
Jetez un coup d'oeil à la partition tout en écoutant : vous constaterez qu'à certains moments, il y a moins de notes écrites que de notes jouées. C'est bien évidemment l'ornementation, joyau de la musique ancienne, une façon de faire qui s'appelle diminution... original pour ce qui correspond, au contraire, à une augmentation du nombre de notes !
Et si vous en voulez plus, retrouvez Elyma en concert à Ambronay, sous la direction de Garrido et avec, à l'orgue, l'un des meilleurs spécialistes actuels de Monteverdi et autres musiciens latins, Leonardo Garcia Alarcon (qui a fondé la Capella Mediterranea) :
Elyma en concert à Ambronay

retour en haut de page

Bonjour,
longtemps attribué au cousin de son père, Johann Christoph, le motet à double choeur Ich lasse dich nicht serait en fait l'oeuvre d'un Johann Sebastian Bach âgé d'à peine 28 ans... à moins que ce ne fut le contraire (c'est en tout cas l'opinion de Lionel Meunier, qui dirige l'ensemble vocal belge Vox Luminis... c'est le plus grand tout en noir). C'est un peu ça le problème avec les Bach, tant de compositeurs dans la descendance du meunier Veit, dont son génial arrière petit-fils disait qu'il improvisait avec son cistre sur le rythme de son moulin, qu'on s'y perd...(https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Bach)
Mais en fait, que ce soit de l'un ou de l'autre... on s'en fiche un peu : l'important, c'est que ce motet est un bijou absolu. En deux parties : d'abord, un merveilleux double choeur, où les chanteurs se répondent, s'entremêlent, échangent les voix, ... ; puis, regroupement en un seul choeur à 4 voix pour un choral orné, avec les sopranos chantant le choral (cantus firmus), qui plane au-dessus des autres voix lancées dans des merveilles de contrepoint.
Chanter ce motet (je l'ai fait deux fois), c'est du pur bonheur. L'écouter, c'est tout aussi bon... et voici une vidéo prise lors de l'enregistrement du formidable double album de Vox Luminis consacré à la famille Bach (appréciez les échanges de battue entre les deux basses, situées au centre de l'ensemble) :
Motet à double choeur Ich lasse dich nicht, d'un de la famille Bach

retour en haut de page

Bonjour,
de Ravel, beaucoup de gens ne connaissent que le Boléro... qui est probablement l'une de ses oeuvres les moins intéressantes (ça se résume essentiellement à un formidable challenge d'orchestration, et une mélodie à laquelle il est difficile de ne pas succomber). Et pourtant, son oeuvre est d'une telle diversité et regorge de merveilles. Bien évidemment les compositions pour piano, les grandes oeuvres orchestrales (dont les arrangements pour orchestre d'oeuvres pianistiques, les siennes ou les Tableaux d'une exposition de Moussorgski, à travers lesquels il prouve qu'il fut l'un des plus grands - le plus grand ? - orchestrateur !), les concertos pour piano, la musique de chambre...
Et puis, il y a ses oeuvres vocales. Je vous conseille bien sûr les si belles Trois chansons (sur des poèmes de Charles d'Orléans), ou encore ses mélodies (par exemple, les Chansons madécasses). Mais aujourd'hui, j'ai envie de partager avec vous sa Fantaisie lyrique en deux parties intitulée L'enfant et les sortilèges, dont le livret est dû à Colette. Un moment d'humour et d'onirisme, qui peut aussi bien être savouré en version d'oratorio que mis en scène, ici dans la version de l'Opéra de Lyon en 2016 :
L'enfant et les sortilèges, de Marice Ravel

retour en haut de page

Bonjour,
je vous ai dit, hier, à quel point Ravel était un immense orchestrateur... mais bien évidemment, il y en eut d'autres. A commencer par son aîné, Claude Debussy, qui décida d'orchestrer deux d'un ensemble de trois pièces écrites par un original, Erik Satie : les Gymnopédies (mais pourquoi Debussy n'orchestra-t-il pas la seconde ???). En voici une version avec partition, qui permet (pour les lecteurs) d'apprécier l'art de Debussy :
les Gymnopédies d'Eric Satie, orchestrées par Claude Debussy
Et pour des versions originales au piano, quelques liens : Les Gymnopédies, 1er lien version piano
Les Gymnopédies, 2ème lien version piano
Les Gymnopédies, 3ème lien version piano
Et si vous voulez en savoir plus sur ces oeuvres si particulières et leur énigmatique compositeur :
Erik Satie et les Gymnopédies

Bonjour,
Regardez José van Dam : Chansons gaillardes de Francis Poulenc
Chanson gallardes , Francis Poulenc

retour en haut de page

Bonjour,
aujourd'hui, je vous propose d'aller au marché... mais un marché de la renaissance, à Paris. Moins connue que Le chant des Oiseaux ou La Guerre (Bataille de Marignan), Les Cris de Paris fait partie des grandes oeuvres descriptives de Clément Janequin. Janequin, l'un des grands compositeurs de la renaissance française, auteur de dizaines - centaines ? - de chansons, mais aussi de quelques oeuvres liturgiques... après tout, il était abbé (mais un abbé qui savait trousser des couplets particulièrement lestes) !
Dans cette chanson (interprétée ici par l'ensemble Clément Janequin), on entend donc les marchands apostropher le chaland... on se croirait au marché Saint Bruno tel que je l'ai connu quand j'étais gamin. Et à la fin, une citation qui est peut-être moins innocente qu'il n'y parait : A Paris sur l'petit pont, géline de feurre (poule de foire). Il faut en effet savoir qu'il existe une autre chanson de la même période qui dit A Paris sur l'petit pont, le pont du coil, le coil du pont (les amateurs de contrepèteries apprécieront)... les poules seraient-elles des cocottes ? Et donc, pour le plaisir des oreilles,
Clément Janequin, les Cris de Paris
Et si vous avez du mal à suivre les paroles, vous les retrouverez dans le lien suivant :
avec les paroles

retour en haut de page

Bonjour,
retour à Mozart. A partir du 18ème siècle (si je ne dis pas trop de bêtises), des compositeurs se mettent à dédier des concertos à des musiciens amis, ou admirés (dès le 19ème siècle, ça deviendra quasi systématique). Mozart admirait le clarinettiste virtuose Anton Stadler (par ailleurs membre de la même loge maçonnique), et c'est tout naturellement qu'il va lui dédier plusieurs oeuvres, dont le Concerto pour clarinette et orchestre (l'une de ses dernières oeuvres) et un Quintette pour clarinette et quatuor à cordes... qui, d'un simple point de vue lacrymal, vaut largement le Concerto pour flûte et harpe !
J'ai donc fait le choix du Quintette, et je partage avec vous une magnifique interprétation, déjà ancienne, mais toujours aussi belle : A la clarinette, Michel Portal (dont le sale caractère - cité par Jean-Paul lors d'une répétition - n'a d'égal que son talent exceptionnel). Et avec lui, plusieurs des meilleurs chambristes français, à savoir le trio Pasquier - constitué dans les années 70 (80 ?) par les frères Pasquier (Régis au violon, Bruno à l'alto) et Roland Pidoux au violoncelle (dont le fils a suivi les pas, il est le violoncelliste du trio Wanderer dont j'ai partagé avec vous l'enregistrement de la 2ème sonate de Schubert ) - auquel vient s'ajouter ici Roland Daugareil pour la partie de second violon.
Quintette pour clarinette et quatuor à cordes, de Mozart

retour en haut de page

Bonjour,
encore de la musique de chambre, mais plus à l'est : direction la Moravie, et un compositeur qu'on n'entend pas suffisamment à mon goût, Leoš Janáček. Un compositeur d'opéra renommé (Jenufa, La petite renarde rusée, L'affaire Makropoulos, De la maison des morts, ...) et une écriture orchestrale splendide. Mais aussi de très belles oeuvres vocales comme la Messe Glagolitique, de la musique pour piano, et quelques bijoux pour petits ensembles.
J'ai hésité entre les deux quatuors à cordes... je vous laisserai découvrir par vous mêmes le 1er, Sonate à Kreutzer, j'ai une tendresse particulière pour le second, appelé Lettres intimes, ici interprété par le quatuor Voce (que je découvre) :
Lettre intimes , quatuor à cordes de Leoš Janáček
Et pour en savoir plus sur cette oeuvre composée en 1928,
En savoir plus

retour en haut de page

Bonjour,
de Samuel Barber, on connait surtout (uniquement) le célèbre Adagio, extrait d'un quatuor à cordes qu'il réutilisa pour orchestre, puis arrangea pour choeur (avec des aigus redoutables pour les sopranos !). Et pourtant... J'ai eu la chance de chanter du Barber lors de mon séjour aux USA, et ce n'était pas l'Adagio mais d'autres oeuvres, superbes et qui sont un vrai bonheur pour les chanteurs (même si c'est costaud !).
Ce matin, voici son Concerto pour violon, découvert à l'adolescence quand Isaac Stern le jouait pratiquement tout le temps. Le thème du début... je fonds... et vous avec moi, j'en suis convaincu :
J'ai découvert l'interprétation d'Anne Akiko Myers lors d'une Tribune des critiques de disques de France Musique, avec un autre orchestre. Là, c'est avec Leonard Slatkin, un américain plus vrai que vrai, qui dirige depuis quelques années l'Orchestre National de Lyon, et qui est parfait pour ce type de musique !
Le concerto pour violon de Samuel Barber

retour en haut de page

Bonjour,
aujourd'hui, un peu d'opéra (je connais une ancienne présidente de notre association qui va être aux anges) : Don Carlos, de Verdi. Le seul opéra de ce compositeur qui me fasse vibrer (je préfère de loin Puccini, dont l'écriture orchestrale a autrement plus de densité !).
Don Carlos, qui fut créé en français, à Paris, avant d'être traduite en italien. Une succession de moments intimes et de scènes spectaculaires (le défilé devant Philippe 2, avec le passage des moines de l'inquisition...brrr...), et même un fantôme (celui de Charles Quint).
Je vous propose deux airs. Le premier, la chanson sarrazine, chantée par la dame de compagnie de la reine, avec une première phrase en deux parties particulièrement originale :
La chanson sarrazine, extrait de l'opéra Don Carlos de Verdi
Et puis, Dio, Che Nell'alma Infondere Amor, le merveilleux duo entre Don Carlos (interprété par l'immense ténor Jonas Kaufmann) et son ami Rodrigo, qui revient à plusieurs moments de l'opéra... les frissons... :
Dio, Che Nell'alma Infondere Amor, extrait de l'opéra Don Carlos de Verdi

retour en haut de page

Bonjour,
en ces temps de commémoration du soulèvement du ghetto de Varsovie (à ce sujet, si vous en avez la possibilité, je vous conseille les petits posts quotidiens de Tal Bruttmann sur sa page Facebook), j'ai envie de partager avec vous une oeuvre pas évidente, mais tellement prenante : Un survivant de Varsovie, d'Arnold Schönberg, l'un des compositeurs viennois qui dynamitèrent la musique en inventant le sérialisme à la fin du 19ème siècle. Pour plus d'informations, je vous laisserai lire les textes de ce blog pédagogique :
Un survivant du ghetto de Varsovie, de Arnold Schönberg
Mais avant de vous laisser à la musique, je ne résiste pas à partager avec vous une anecdote, souvenir de mon année américaine. Un des chanteurs de la Michigan State University Chorale, qui préparait un doctorat en Musical Arts, avait été enseignant dans un établissement scolaire au sud de San Francisco (ce programme doctoral recrutait quasi exclusivement des étudiants ayant auparavant exercé comme profs de musique), et il avait eu dans sa classe un petit-fils de Schönberg.
Un jour, il lui demande s'il sait qui était son grand-père (mon copain était quelque peu impressionné d'enseigner la musique au descendant de l'un des plus grands compositeurs de tous les temps). La réponse laissa mon copain pantois : "je sais qu'il était musicien, mais sans plus... après, il devait être plutôt bon puisqu'ils ont donné son nom à un bâtiment à Stanford..."

retour en haut de page

Bonjour,
certains d'entre vous ont peut-être commencé à se demander "et Beethoven, jamais ???". Oui, c'est vrai, Beethoven ! Bon, je ne le révère pas autant que Bach et Brahms, mais quand même, quelle musique ! Les symphonies, bien sûr, mais l'oeuvre pour piano, les concertos, les quatuors...
A propos de piano, savez-vous que, dans les partitions actuelles, la plupart des cadences des concertos de Mozart (la cadence d'un concerto, c'est le passage de bravoure du soliste juste avant la fin du mouvement, quand l'orchestre s'arrête et que le soliste se lance dans des variations virtuoses sur les thèmes précédemment exposés, qui à l'origine étaient improvisées, aujourd'hui c'est beaucoup plus rare), la plupart donc sont dues à Beethoven, excusez du peu !
Voici un souvenir de mes années d'orchestre au conservatoire. Le premier violon, Pascal Roederer, était un super violoniste (comment pouvait-il supporter mon médiocre jeu !?), très vieille France, absolument adorable. Et une année, notre cheffe, Andrée-Claude Brayer lui proposa de jouer l'une des deux Romances pour violon et orchestre de Beethoven.
Voici la première (je vous laisse découvrir la deuxième si vous en redemandez) par l'Orchestre de chambre d'Europe sous la direction de Nikolaus Harnoncourt (baroqueux historique qui passa par la suite, avec une formidable maestria, aux orchestres modernes et à la musique classique et romantique) et avec l'un des grands violonistes de la seconde moitié du 20ème siècle, Gidon Kremer, un musicien merveilleux et un grand humaniste :
Première romance pour violon et orchestre, de Beethoven

retour en haut de page

Bonjour,
une oeuvre courte aujourd'hui, mais dont je suis convaincu qu'elle ne vous lâchera pas de sitôt : ​Les barricades mystérieuses​, une pièce pour clavecin de François Couperin, qui conjugue merveille musicale et titre abscons (pour en savoir plus sur les possibles interprétations de ce titre, voir Wikipedia, c'est intéressant).
Ici, le claveciniste est l'un des grands baroqueux français, Christophe Rousset, disciple de Christie (comme presque tout le monde), qui a monté un des meilleurs ensembles français, Les talens lyriques.​ Je vous laisse savourer (et n'hésitez pas à écouter d'autres oeuvres de Couperin, pour clavecin ou viole, que du bon, croyez moi !) :
Les barricades mystérieuses, pièce pour clavecin de François Couperin

retour en haut de page

Bonjour,
c'est mardi, c'est Diasporim ! Alors, je vous propose de découvrir un compositeur que vous connaissez bien... mais pas tant que ça... car nous ne l'abordons que par le côté vocal. Or, Salomone Rossi, puisque c'est de lui qu'il s'agit, était d'abord un violoniste, parait-il un très grand, même, qui jouait dans l'orchestre du duc de Mantoue. Un violoniste qui dirigeait probablement son pupitre lors de la création de l'Orfeo de Monteverdi, et qui a énormément écrit pour son instrument.
Voici donc une oeuvre qui se rattache à un genre dont on dit que Rossi fut le créateur (et si c'est exagéré, en tout cas, il en fut l'un des principaux promoteurs) : la sonate à trois. A trois ? Mais ils sont 4 !?! En fait, trois, cela veut dire deux voix concertantes (ici, flûte et violon) plus une basse continue, qui peut être jouée par plusieurs instruments à la fois (clavier, luth ou - comme ici - théorbe, viole, ...).
Des basses dont l'écriture était limitée au strict minimum, ce qui permettait aux musiciens d'improviser à souhait.
Parmi les nombreuses sonates de Rossi, je vous en propose deux, Sonata in dialogo detta la Viena et Bergamasca, par l'ensemble Prisma, un ensemble qui a fait ses gammes (entre autres) dans le cadre du programme d'ensembles émergents du Festival d'Ambronay :
Deux sonates de Salomone de Rossi

retour en haut de page

Bonjour,
chanter et danser, deux plaisirs qui, dans l'oeuvre que je vous propose aujourd'hui, ne font qu'un. Un ensemble de choeurs avec piano dont j'ai pu chanter quelques numéros,...c'est costaud vocalement, mais c'est tellement entraînant et savoureux. En plus, il s'agit de l'un de mes compositeurs préférés (ben oui, il n'y a quand même pas que Bach), Johannes Brahms, le sosie du Père Noël, à moins que ce ne soit celui du Juif Errant, un compositeur qui n'a quasiment écrit que des chefs d'oeuvre, que ce soit pour orchestre, choeurs, voix , piano ou petits ensembles !
Il s'agit ici des Liebesliederwalzer de Brahms (et, si vous aimez ça, vous continuerez avec les Neue Liebleslieder) :
Des oeuvres inspirées de chants populaires, et en même temps, une musique de salon typique du 19ème. Après ça, nul doute qu'à la question "Aimez-vous Brahms", la réponse ne pourra être que "Oh que oui !"
Liebesliederwalzer , de Johannes Brahms.

retour en haut de page

Bonjour,
Mozart et l'opéra, une aventure qui a produit tant de chefs d'oeuvre, Don Giovanni, La Flûte enchantée, Cosi fan tutte, ... et Les noces de Figaro, d'après Beaumarchais. Un opéra qui nous emporte, enchaînant des moments joyeux, et même drôles, et des passages beaucoup plus tendres, comme le début du 4ème acte, dans le jardin, où se joue un jeu de dupe, le comte Almaviva allant au rendez-vous de Rosine (fiancée de Figaro) et retrouvant en fait son épouse, qui a échangé ses habits avec sa servante. L'occasion pour Mozart de proposer un ensemble vocal d'une émotion incroyable.
Il y a une trentaine d'années, j'avais animé des séances de cinéma musical au SIM Jean Wiener, et à cette occasion, j'avais découvert le film de la version de Karl Böhm, mise en scène par le grand mozartien Jean-Pierre Ponnelle.
Une version avec un ensemble de chanteurs incroyables : la comtesse est interprétée par la grande soprano néo-zélandaise (maorie, ça n'est pas fréquent) Dame Kiri te Kanawa, Mirella Freni prête sa voix et son minois à Rosine, Hermann Prey sa truculence à Figaro... et le comte est interprété par celui que je considère comme le plus grand baryton de tous les temps, l'élégant Dietrich Fischer-Diskau.
Voici donc les actes 3 et 4 (on trouve aussi les deux premiers sur la toile, si vous en redemandez), et l'acte 4 commence à 46'20" :
Mozart : Les Noces de Figaro , actes 3 et 4

retour en haut de page

Bonjour,
deux coups de coeur d'un coup, histoire de compenser l'absence du soleil : Monteverdi et Marco Beasley ! Et l'une des oeuvres les plus sensuelles de Monteverdi, Si dolce e'l tormento. Pour une fois, je vais faire court, il n'y a qu'à savourer, que du bonheur :
(il existe d'autres belles versions, dont celle de Jaroussky... mais Beasley, c'est tellement bon...).
Si dolce e'l tormento , de Monteverdi, par Marco Beasley

retour en haut de page

Bonjour,
difficile de ne pas mentionner Berlioz dans ces rendez-vous musicaux, surtout quand on est dans l'Isère... Berlioz, ce cyclothymique capable du meilleur (​Les troyens​, le ​Requiem, la Fantastique​, ...), mais aussi, il faut bien le dire, du pire (le ​Chant des bretons​, la ​Cantate des chemins de fer​, la pompière ​Symphonie funèbre et triomphale​). Berlioz, le grand orchestrateur (son traité fait encore référence). Et Berlioz, l'auteur de cette sublime ​Enfance du Christ.​
Voici (avec un tempo un peu lent à mon goût, c'est comme ça) un chant que la Quinte du loup s'est approprié en version a capella, mais il faut reconnaître qu'avec orchestre, c'est tellement mieux... et quand c'est Orchestre National de France et le Choeur de Radio-France (ce choeur dont Mme Veil, qui ne comprend visiblement rien à la musique, veut supprimer un tiers de l'effectif)... :
L'enfance du Christ, de Berlioz

retour en haut de page

Bonjour,
mon premier contact avec Bach (à l'exception des disques de mon père), ce fut le choral final de la cantate Schweigt stille, plaudert nicht, également connue sous le nom de Cantate du café, que j'ai chantée (version française) avec la chorale des classes musicales, à la fin de mon année de 6ème. Que c'était bon (et pourtant, à la réflexion, je crois que si j'avais été dans le public, je n'aurais probablement pas été emballé, surtout au vu du style de l'interprétation et de l'accompagnement au piano, si mes souvenirs sont bons) !
Il s'agit ici d'une cantate profane (le pieux Bach en a écrit quelques unes, quand même), qui parle d'une jeune femme qui préfère le café à tout le reste. Une oeuvre qui, bien évidemment, fut créée dans un café, le célèbre Café Zimmermann où Bach se produisait en plus de sa charge de cantor de St Thomas de Leipzig. Et c'est probablement cela qui a inspiré le grand claveciniste "baroqueux" Ton Koopman, dans un petit film qui illustre fort bien cette oeuvre pleine de malice :
Cantate du café , de J. S. Bach

retour en haut de page

Bonjour,
je l'ai déjà dit, pour moi, chez Brahms, tout est bon. Que ce soit la musique vocale, symphonique, pianistique... ou de chambre. Et dans son oeuvre, il y a deux bijoux pas trop souvent joués, car l'instrumentation est un peu à la marge dans un monde de duos, trios, quatuors, voire quintettes : les deux sextuors, des oeuvres pour 2 violons, 2 altos et 2 violoncelles.
Il y a quelques années, le fameux producteur Wolf Erichson - celui à qui l'on devait la majorité des enregistrements d'oeuvres baroques des Kuijken, Leonhardt, Brüggen, ... - s'immisçait, avec ses amis instrumentistes, dans la musique du 19ème siècle. Et c'est en particulier dans la musique de chambre que ces musiciens hors pairs firent merveille : Schubert et Brahms, nous voilà ! Ainsi, un ensemble se constitua, appelé L'Archibudelli, avec le violoncelliste Anner Bylsma (dont je vous ai déjà vanté les mérites) et son épouse, Vera Beths, une formidable violoniste (son enregistrement du concerto de Beethoven est un régal).
Je vous laisse donc savourer le 1er Sextuor de Brahms, op. 18, par L'Archibudelli :
le 1er Sextuor de Brahms, op. 18, par L'Archibudelli

retour en haut de page

Bonjour,
en 2019, l'Orchestre des Campus de Grenoble donnait à la MC2 un concert de musique française, sous la direction de Pierre Dumoussaud, jeune chef spécialiste de la musique françaises des 19ème et 20ème siècles dont on devrait reparler dans le futur (certains ont pu voir sa version de la ​Belle Hélène​ d'Offenbach, avec l'opéra de Lausanne, à la télé lors des fêtes de Noël). Au programme, entre autres, une oeuvre que j'avais découverte en tant que violoniste (encore !) en colonie musicale : la suite orchestrale ​Pelléas et Mélisande​ de Gabriel Fauré.
Pelléas et Mélisande, cette pièce de Maeterlinck que presque tout le monde a oublié, mais qui a inspiré Debussy, qui en fit un extraordinaire opéra, et aussi Fauré à travers cette succession de 4 pièces toutes aussi belles les unes que les autres (tendresse particulière pour la sicilienne, avec son solo de flûte) :
Avec, sous la belle baguette de son chef attitré, Mirko Fanck, l'un des plus beaux orchestres qui soient, le Philar, comme on l'appelle, c.à.d. l'Orchestre Philharmonique de Radio-France (n'en déplaise aux énarques incultes qui conseillent le gouvernement, et ne s'intéressent qu'aux finances, la France peut s'enorgueillir d'avoir, à Radio-France, deux des meilleurs orchestres du monde, l'ONF et le Philar, et il faudrait que ça continue !).
Pelléas et Mélisande, de Gabriel Fauré

retour en haut de page

Bonjour,
des duos d'amour, les compositeurs en ont écrit, écrit, écrit... mais celui là, c'est peut-être bien le plus beau de tous (on est au moins deux à le penser, j'ai posté la version des Arts Flo sur ma page Facebook il y a quelques jours, mon ancien chef de choeur de la Chorale U, Bernard Spizzi, dit la même chose).
Ce duo, c'est celui de Poppée et Néron dans l'un des plus anciens opéras de l'histoire : L'Incoronazione di Poppea, de Claudio Monteverdi (celui à qui on attribue - généreusement - l'invention de l'opéra, avec l'Orfeo de 1607).
Ce Couronnement de Poppée a été créé en 1642, un an avant la mort du compositeur. Très vite oublié (comme souvent pour la musique d'avant le 18ème siècle), l'oeuvre va être redécouverte par deux fois, au 19ème siècle puis dans les années 30.
Les musicologues pensent que la partition contient des parties qui ne seraient pas de Monteverdi mais de contemporains. Et c'est le cas du duo final, Pur ti miro, qui serait emprunté à un opéra de Benedetto Ferrari, Il Pastor regio (1640), dont la musique est perdue.
Monteverdi ? Ferrari ? Aucune importance ! La seule chose qui compte, c'est que c'est peut-être bien le plus beau duo d'amour de l'histoire de la musique... et quel texte :
Je te regarde, je te veux, Je t’étreins, je t’enchaîne, Plus de souffrance, plus de mort, Ô ma vie, ô mon amour.
Je suis à toi, à toi je suis, Mon espérance, dis-le, dis. Tu es vraiment mon idole, Oui, mon amour, oui, mon cœur, ma vie, oui

Alors, laissez-vous porter, c'est d'une sensualité et d'une tendresse absolue, avec Philippe Jaroussky et Danielle De Niese, les Arts Flo, et une belle mise en scène de Pier Luigi Pizzi :
L'Incoronazione di Poppea, de Claudio Monteverdi, le duo d'amour de Poppée et Néron.

retour en haut de page

Bonjour,
parmi les avantages d'avoir été élève en classes musicales (le terme officiel, c'est Classes à Horaires Aménagés Musique, CHAM), outre la chorale une à deux fois par semaine, et les cours de solfège et d'instrument, il y avait l'histoire de la musique.
Et pourtant, la prof était plutôt "sèche" (certains la connaissent peut-être, il s'agit de Bernadette Lespinard, formidable musicologue que j'ai appris à apprécier par la suite, mais à 10 ans, c'était parfois abrupt...). C'est à ses cours que je dois d'avoir découvert certaines oeuvres qui m'ont suivi depuis, comme Jephté déjà partagé avec vous, ...
et ce que je vous propose aujourd'hui : Des Knaben Wunderhorn (Le cor enchanté de l'enfant), de Gustav Malher, sur des textes collectés (et arrangés) par von Arnim et Brentano.
Voici des extraits de cet ensemble de lieder avec orchestre, par le grand baryton allemand Matthias Goerne : Un grand chanteur, accompagné par un superbe orchestre et un très grand chef, Paavo Järvi.
Des Knaben Wunderhorn (Le cor enchanté de l'enfant), de Gustav Malher

retour en haut de page

Bonjour,
il est des compositeurs de musique de film qui sont de grands compositeurs (certains font même cohabiter dans leur oeuvre ces compositions très cadrées - ici, on ne peut pas s'étendre sur le développement d'un thème - avec d'autres dans la lignée de tous les compositeurs qui les ont précédés).
Je pense bien sûr aux compositeurs hollywoodiens de l'après-guerre, dont certains étaient des élèves des monuments européens (ainsi Max Steiner, auteur des BO de King Kong et Casablanca, avait-il étudié avec Mahler et Brahms, excusez du peu !), à Nino Rota, Georges Delerue, ...
Et, en ce jour de commémoration de la fin de la seconde guerre mondiale, j'ai envie de vous faire entendre la musique d'un compositeur niçois, fauché par la drôle de guerre à l'âge de 40 ans. Un compositeur qui aurait certainement eu une carrière magnifique s'il avait vécu : Maurice Jaubert.
Jaubert, dont vous connaissez déjà la musique, mais peut-être pas le nom, car il est l'auteur - excusez du peu - des musiques de 14 Juillet, L'Atalante, Zéro de conduite, Drôle de drame, Quai des brumes, Hôtel du Nord, Le jour se lève, ...
Une musique dramatique, avec des mouvements de cordes qui vous soulèvent, des vents "à la française" qui donnent des frissons, ... de la très, très belle musique !
Un compositeur dont j'ai découvert le nom en m'intéressant à la musique de films de François Truffaut, qui utilisa plusieurs des ses oeuvres pour La chambre verte mais aussi L'argent de poche, L'homme qui aimait les femmes et Adèle H.
Difficile de trouver des enregistrements de Jaubert sur internet (en particulier, je n'arrive pas à trouver le magnifique Concert Flamand, utilisé pour La Chambre verte), mais en fouillant... voici un lien qui permet de découvrir cet univers musical très proche de celui des compositeurs français de l'époque (Auric, Milhaud, ...) :
Maurice Jaubert : Suite Française, intermèdes et autres oeuvres orchestrales, Orchestre de chambre de Nice, sous la direction de Jacques-Francis Manzone

retour en haut de page

Bonjour,
je vous l'ai déjà dit au sujet des sextuors de Brahms, et la situation est ici la même pour Schubert : quand une oeuvre est dédié à un ensemble un peu original, elle n'est pas souvent jouée.
Quoique, là... j'ai souvenir d'avoir entendu cette oeuvre dans le cadre du regretté Festival de musique en Grésivaudan, mais il est vrai qu'il était organisé par l'un des membres du Quintette Moraguès, quintette à vent issu des grands orchestres nationaux, et qui avait plein de copains instrumentistes à cordes.
Car, l'Octuor​ en Fa majeur de Schubert (c'est de cela qu'il s'agit) est une oeuvre hors normes à plusieurs point de vue : sa longueur (une heure, pour de la musique chambre, c'est plutôt rare), sa tonalité majeure (rarement utilisée, à l'époque, dans la musique de chambre, plus encline à se développer en mode mineur), et sa nomenclature, c.à.d. les instruments requis, à savoir un quatuor à cordes + contrebasse, clarinette, basson et cor.
Le voici interprété par le Quatuor Ysaye (qui s'est malheureusement séparé depuis... j'avais une petite tendresse pour le nom du violoncelliste Clin d'œil) et quelques amis musiciens, dont Paul Meyer, l'un des meilleurs clarinettistes actuels :
Octuor​ en Fa majeur de Schubert, par le Quatuor Ysaye

retour en haut de page

Bonjour,
encore une fois un souvenir de mes années de CHAM... la découverte de "l'autre" compositeur hongrois, Zoltan Kodaly. Un compositeur un peu éclipsé par Bartok, avec qui il partagea l'expérience de collectage de mélodies dans les villes et - surtout - les villages, et dont on retient parfois plus son rôle de pédagogue (la fameuse "méthode Kodaly" pour l'apprentissage de la musique, dont l'école normale de Grenoble fut l'une des têtes de pont françaises dans les années 70/80).
Et pourtant, que de belles oeuvres, pour orchestre mais aussi pour choeurs (et, pédagogie oblige, il y a parmi ces chants des oeuvres très accessibles aux musiciens amateurs... ça me rappelle qu'on a une ​Bénédiction​ à peaufiner...).
Et donc, aujourd'hui, les ​Danses de Galanta​, pour lesquelles j'ai trouvé une source qui propose et des informations sur l'oeuvre et le compositeur, et deux interprétations historiques, celle (qui craque un peu, c'est l'âge) de Ferenc Fricsay, et celle de Antal Dorati :
les ​Danses de Galanta de Zoltan Kodaly

retour en haut de page

Bonjour,
si Janequin est connu pour ses oeuvres descriptives, son ​Mois de mai​ et ses chansons galantes, voire plus que coquines, il a aussi écrit quelques chansons d'une tendresse exquise. L'une d'entre elles, l'une de mes préférés, chantée et dirigée plusieurs fois, c'est ​Toutes les nuits :
​Toutes les nuits tu m'es présente par songe doux et gracieux, mais tous les jours tu m'es absente qui m'es regretz fort ennuyeux... Suivent des arabesques vocales et des soupirs... un pur bonheur...
Voici un enregistrement de l'ensemble ​A sei voci​ du regretté Bernard Fabre-Garrus, avec une version vocale et instrumentale, et pour ceux qui fréquentèrent le conservatoire de Grenoble et sa classe de musique ancienne, deux des anciens professeurs de flûte, Sabine Weil (désormais à Aix-en-Provence) et mon copain Nicolas Stroesser (maintenant directeur du CRR de Metz) :
Toutes les nuits de Clément Janequin, par l'ensemble A sei voci​

retour en haut de page

Bonjour,
c'est mardi, c'est Diasporim. L'histoire du jour, c'est qu'il y a bien longtemps, Suzy, qui présidait à l'époque notre association préférée, m'offrait, en votre nom, un CD consacré à Benedetto Ferrari (vous savez, celui qui aurait composé le Pur ti miro de Monteverdi !). Et ce fut une double découverte pour moi : le compositeur, mais aussi l'interprète, un quasi inconnu à l'époque (l'enregistrement date de 2003)...
un certain Philippe Jaroussky ! Eh oui, Jaroussky, ce sont les Diasporim Zinger qui me l'ont fait découvrir. Alors, aujourd'hui je vous renvoie l'ascenseur, d'autant que le CD est en ligne :
Et en plus, ce que je n'avais pas vu à l'époque car je ne l'avais encore pas rencontrée, je me rends compte que l'une des musiciennes de l'ensemble Artaserse habite à Seyssins : Christine Plubeau, formidable gambiste, qui enseigne au CRR de Grenoble et joue avec les plus grands... et qui fut la malheureuse héroïne d'une terrible anecdote.
En effet, un jour, répétant dans un grand théâtre parisien (si mes souvenirs sont bons), elle laisse sa viole sur la scène lors d'une pause... juste sous le rideau de fer anti-incendie... je vous laisse imaginer le drame... le rideau fut descendu pendant la pause ! Comme quoi, il ne faut jamais laisser traîner ses affaires, ma maman me l'a toujours dit ;-)
Musiche Varie , de Benedetto Ferrari (1603-1681), par Philippe Jaroussky et l'ensemble Artaserse

retour en haut de page

Bonjour,
hier soir, la question de partager également du jazz avec vous m'a été posée. Alors, aujourd'hui, pause dans le classique, je vous envoie un peu de soleil "West coast". Mais pas le West Coast de l'après-guerre, celui de Chet Baker, Gerry Mulligan, Stan Getz, Shorty Rogers, ..., non, une version plus récente, sans saxophones, cuivres ou piano mais avec des guitares, et quelles guitares !
A propos de guitare, connaissez-vous cette devinette : quelle est la différence entre un guitariste de rock et un guitariste de jazz ? Le premier connait 3 accords et joue devant des milliers de personne, le second connait des milliers d'accords... et joue devant 3 personnes ! Bon, aujourd'hui, on va être un peu plus de 3, mais ce qui est sûr, c'est qu'il y a dans cette musique beaucoup plus de 3 accords !!!
Il s'agit d'un extrait d'un de nos CD préférés, à Sibylle et moi : The sound of summer running, du bassiste Marc Johnson, qui a invité deux guitaristes exceptionnels, Pat Metheny (virtuose capable, musicalement parlant, du meilleur et du pire, ici le meilleur) et Bill Frisell (tout le contraire d'un guitar hero, une virtuosité sobre, élégante et d'une intelligence musicale incroyable).
Et à la batterie, Joe Baron, l'homme qui tricote derrière les grands, à commencer par les anciens du West Coast, Stan Getz (avec qui je l'ai vu à Vienne il y a une éternité, du temps où le festival avait une programmation essentiellement jazz) et Chet. Un quartet formidable, qui n'a malheureusement pas enregistré d'autres albums (mais il existe d'autres opus de Johnson, avec Frisell et deux autres grands, John Scofield à la guitare et Peter Erskine à la batterie).
Le morceau s'appelle Dingy-Dong Day. C'est... hmm... et à partir d'1'53", il y a une transition harmonique incroyable, je ne sais combien d'accords différents en un minimum de temps !!! Oui, vraiment un peu de soleil en cette matinée maussade. Et n'hésitez pas à écouter les autres morceaux du CD, que du plaisir :
Dingy-Dong Day : Marc Johnson, The Sound of Summer Running

retour en haut de page

Bonjour,
ça doit bien faire quelques jours que je ne vous ai pas proposé de musique du divin Jean-Sébastien, non ? Alors, pour y remédier, une histoire et une cantate.
Nombre d'entre vous connaissent Pierre-Yves Tétu, accordéoniste et - surtout - ténor, avec qui nous avons fait un peu de musique. Il y a quelques années, Pierre-Yves était le ténor "officiel" des Pauses Bach, des concerts sur le temps de midi organisés un vendredi par mois à la Chapelle Ducale de Chambéry. Au programme, essentiellement des cantates, à un par voix, avec un petit ensemble orchestral baroque réuni par Maëva Bouachrine, gambiste et professeur au CRR d'Annecy.
Mais parfois, Pierre-Yves n'était pas disponible - il s'agissait de véritables opérations commando, répétition le jeudi matin, raccord le vendredi matin et concert à midi ! - et j'ai eu la chance de faire partie des ersatz contactés pour tenir la partie de ténor à plusieurs reprises.
Parmi les cantates chantées, certaines m'étaient inconnues, et donc, au plaisir du chant s'ajoutait le plaisir de la découverte. Ce fut le cas avec la cantate BWV 150, Nach dir, Herr, verlanget mich (Vers toi, Seigneur, j'aspire). Un petit bijou...
Et je m'empressais, après le concert, de "claquer" mon cachet pour m'offrir la version de ceux qui sont peut-être les meilleurs interprètes actuels de Bach, le (j'ai eu du mal à le croire avant de les entendre !) Bach Collegium Japan dirigé par Massaki Suzuki.
Pas possible de trouver cet enregistrement en ligne, mais par contre, il y en a un sympa de Voces8 (qui, pour une fois, ne privilégie pas le seul son). Alors, je vous propose de découvrir cette belle cantate (et en particulier, à 8'21", le trio Zedern müssen von den Winden Oft viel Ungemach empfinden, avec son superbe soutien à la viole, une véritable gourmandise pour les chanteurs !) :
cantate BWV 150, Nach dir, Herr, verlanget mich (Vers toi, Seigneur, j'aspire, par Voces8

retour en haut de page

Bonjour,
aujourd'hui, je me doute qu'entre celles et ceux qui n'aiment pas la musique contemporaine, et celle(s et ceux) qui n'est (sont) pas fana(s) du violon... mais pour moi, cette oeuvre est l'une des plus belles et émouvantes du 20ème siècle.
Le ​Concerto à la mémoire d'un ange​, de Berg, concerto pour violon écrit en 1935 et dédié à la mémoire de Manon Gropius, fille du fondateur du Bauhaus, Walter Gropius, et d'Alma, qui fut successivement l'épouse de Gustav Mahler, de Gropius et du romancier Frantz Werfel (si vous avez vu la série allemande sur le Bauhaus, il y a quelques semaines sur Arte, elle en était l'un des personnages des premiers épisodes).
Manon, cet ange à qui Alban Berg dédie cette si belle oeuvre, meurt en 1935 de la polyo, à l'âge de 18 ans. Au même moment, Berg, qui a une grande affection pour celle qu'on appelle Mutzi, a accepté - pour des raisons financières - la commande d'un concerto pour violon, qu'il n'a pas spécialement envie d'écrire.
Le drame va être l'élément déclenchant, et le résultat laisse sans voix. Dès les premières notes, les cordes à vide du violon sol/ré/la/mi qui enchaînent avec le do/sol/ré/la initial (notes qui correspondant aux cordes à vide du violoncelle) vous prennent à la gorge, et jusqu'à la dernière note, l'émotion ne nous lâchera pas. Si vous voulez tout savoir sur cette oeuvre, je vous conseille la lecture de ceci :https://www.francemusique.fr/culture-musicale/une-oeuvre-entre-les-lignes-concerto-pour-violon-la-memoire-d-un-ange-d-alban-berg-37555. Mais, plutôt que la version proposée dans la page, je vous suggère d'écouter Itzhak Perlman, avec le Boston Symphony Orchestra dirigé par Seijii Ozawa :
Concerto à la mémoire d'un ange de Alban Berg, par Itzhak Perlman et le Boston Symphonic Orchestra

retour en haut de page

Bonjour,
il y a quelques années, le samedi après-midi, France Inter proposait une formidable émission sur la musique classique : C'est du classique mais c'est pas grave. L'animatrice, Sylvie Chapelle, bassonniste, recevait des musiciens, faisait découvrir des compositeurs, des artistes, des genres, des instruments, ... (et ne disait quasiment jamais "je"...).
Je me souviens particulièrement de deux émissions chez le pianiste Jos van Immerseel, l'homme qui possède je ne sais combien de pianos parce que, pour lui, à chaque période correspond un type d'instrument particulier.
Et il l'avait démontré en jouant, si mes souvenirs sont bons, du Schubert ou du Brahms sur un piano d'époque, un piano plus ancien et un piano moderne... et il n'y avait pas photo, celui qui sonnait le mieux était celui pour lequel le compositeur avait écrit !
A ce sujet, je vous suggère cette vidéo qui donne une idée de sa démarche... et de son "atelier" :

https://www.concertclassic.com/video/jos-van-immerseel-collectionneur-de-pianos-pianofortes-et-clavecins

Jos van Immerseel, grand pianiste (ses concertos de Mozart, quelle merveille !), capable de jouer aussi bien Bach que Schumann et Brahms ou Ravel et Gershwin, avec à chaque fois une recherche originale quant à l'interprétation, seul, en petit ensemble ou à la tête de son orchestre, Anima Eterna.
Aujourd'hui, je vous propose de l'entendre avec deux complices dont je vous ai déjà parlé, le regretté Anner Bylsma, au violoncelle, et son épouse Vera Beths, au violon, tous deux - si mes souvenirs sont bons - jouant sur des Stradivarius prêtés par le Smithsonian Institute.
Un enregistrement encore une fois tiré des productions de Wolf Erichson, avec un CD dédié à Schubert. Je vous le conseille dans son entier : le Quintette La truite, la si belle et si originale Sonate pour Arpeggione et piano, et ce que je vous propose d'écouter mainenant, le Notturno, une pièce à part qui fut aurait dû être l'adagio du Trio n°1 en si bémol avant que Schubert ne change d'avis :
le Notturno , de Schubert

retour en haut de page

Bonjour,
si l'on ne devait mentionner qu'une différence entre jazz et musique classique, je pense que ce serait le fait qu'à partir d'un thème et/ou d'une grille d'accord, les jazz(wo)men ne jouent jamais deux fois la même chose. Ils improvisent tout le temps !
J'ouvre une parenthèse... Il faut quand même savoir qu'en musique classique, l'improvisation a connu des périodes fastes, jusqu'au baroque (je vous ai déjà dit que jusqu'à Beethoven, qui a figé dans le marbre ses propres versions, les cadences des concertos de Mozart étaient improvisées par les solistes).
Après, les compositeurs ont verrouillé leurs oeuvres... jusqu'à l'après-guerre, quand des compositeurs se sont mis à donner des possibilités d'improvisation à partir de blocs écrits ou dessinés, qu'on peut assembler comme on le souhaite (cf. les jeux musicaux de Guy Reibel - membre du GRM, le Groupe de Recherches Musicales de l'ORTF, grand laboratoire de recherche musicale créé à l'aube des années 60 - ou le concerto pour piano et orchestre de John Cage,
http://www.paalabres.org/wp-content/uploads/2017/10/DGFig1-1024x660.jpeg
Mais revenons au jazz, et à l'un des plus grands jazzmen français de notre temps, le contrebassiste Henri Texier (n'en déplaise aux crétins des Victoires du Jazz, qui lui ont remis un prix, mais en catimini, hors diffusion télé... de quoi avaient-ils donc peur !?).
Texier, c'est un jeu dont la richesse harmonique vous fait frissonner de plaisir, des compositions toutes plus belles les unes que les autres, et une propension à s'associer, depuis plus de 50 ans, avec des sidemen extraordinaires, de ses complices historiques, (les souffleurs François Janneau, Jean-Louis Chautemps, Louis Sclavis, Michel Portal, ... et, surtout, son alter ego, le batteur Aldo Romano) à la jeune génération (son fils Sébastien et François Corneloup aux saxos, Manu Codjia à la guitare, le pianiste Bojan Z, ...).
Et, dans les années 80, il y a le Transatlantik Quartet, pour lequel il s'adjoint, outre Romano, deux immenses musiciens américains, le saxophoniste Joe Lovano et le bassiste Steve Swallow (compagnon de Carla Bley). Un groupe qui va produire deux albums essentiels : Izlaz et Colonel Skopje.
Ce dernier album est l'occasion pour Texier de proposer une première version d'un morceau qui, désormais, va l'accompagner avec tous ses groupes : Desaparecido. Une merveille ! En voici quelques versions, avec des groupes à géométrie variable (sans batterie pour le premier, avec le tromboniste Glen Ferris pour le second, avec Bojan Z au piano pour les 2 et 3, ...), je vous laisse apprécier l'originalité musicale de chacune d'entre elle :
Desaparecido, de Henri Texier (version sans batterie)
idem , avec le tromboniste Glen Ferris et le pianiste Bojan Z
idem , avec le pianiste Bojan Z
une quatrième version de Desaparecido , festival de Buenos Aires, 2014

retour en haut de page

Bonjour,
c'est mardi, c'est Diasporim... et qui dit Diasporim Zinger dit chant a capella.
Nombreux sont les compositeurs français de la toute fin du 19ème siècle et de la première moitié du 20ème qui se sont adonnés à la composition de cycles de chansons pour choeur.
Debussy (Trois chansons de Charles d'Orléans), Ravel (Trois chansons), Poulenc (Sept chansons, Huit chansons françaises), Milhaud (Quatrains valaisans), Schmitt (A contre-voix), Auric (Cinq chansons françaises), Durey (Trois chansons musicales), ... Des oeuvres souvent d'une redoutable difficulté (la Quinte du Loup a bien souffert, il y a quelques années, sur un tel répertoire...), mais quelles sonorités, et quelle belle langue !
Alors, aujourd'hui, double ration de chansons, avec les plus célèbres,
- celles de Debussy -
Chansons de Debussy
- et de Ravel -
Chansons de Ravel
- par le célèbre Monteverdi choir, créé et dirigé par Sir John Eliot Gardiner, aussi à l'aise dans la musique ancienne que dans le romantisme ou le début du 20ème. De l'humour, de l'émotion, du bonheur !

retour en haut de page

Bonjour,
aujourd'hui, un CD, un compositeur et un artiste : Poulenc par Alexandre Tharaud. Un CD paru en 1996, avec lequel j'ai découvert Tharaud (bien avant qu'il ne devienne la star qu'il est aujourd'hui). Ce toucher, cette musicalité, cette virtuosité, ... et en plus, pour ceux qui l'ont vu dans le dernier Resnais, l'homme a l'air vraiment sympathique
Quant à Poulenc (sa fiche Wikipedia vaut la lecture :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Poulenc ),
que dire si ce n'est que c'est l'un des tous grands du 20ème siècle français, les deux pieds dans la tradition (cf., dans ce CD, ses arrangements de pièces de Claude Gervaise, un compositeur de la Renaissance) mais totalement de son temps, avec des oeuvres parfois d'une très grande modernité (la cantate Un soir de neige, sur des poèmes d'Eluard).
A l'aise en tout, mélodie, musique chorale, opéra (écoutez et regardez les Dialogues des carmélites, surtout si vous avez accès à la splendide version mise en scène par Marthe Keller à Strasbourg !), oeuvres symphoniques, musique de chambre, etc, etc... Et dans la musique pour piano, avec cette subtile sélection de pièces d'un débutant qui deviendra vite célèbre :
Francis Poulenc, pièces pour piano, par Alexandre Tharaud

retour en haut de page

Bonjour,
et si on écoutait du jazz vocal? Et pas qu'un peu, aujourd'hui, je vous propose plusieurs groupes, plusieurs styles.
Pour commencer, un groupe des années 70/80, autour d'un exceptionnel arrangeur, Gene Puerling. Ce groupe, ce sont les Singers Unlimited, qui sont un peu les ancêtres des célèbres Manhattan Transfer, et donnèrent autant dans le jazz accompagné que dans l'a capella, avec trois disques mémorables :
les Singers Unlimited
Vous pouvez tout écouter, c'est tellement bon. Et si vous voulez commencer par un simple apéro pour commencer, je vous suggère Clair :
Clair, by the Singers Unlimited
Si je vous ai dit que les Singers Unlimited étaient les précurseurs des Manhattan Transfer, en voici l'illustration parfaite, avec A nightingale sang in Berkley Square, dans l'arrangement de Gene Puerling, bien sûr :
A nightingale sang in Berkley Square
Et toujours dans la lignée de Puerling, voici un groupe suédois qui a sorti quelques perles : The Real Group. Avec pour commencer un pur jazz vocal, Pass me the jazz :
Pass me the Jazz, par le groupe suédois The real Group
Et puis, dernière gourmandise du jour (j'ai déjà dû vous envoyer ce lien, mais c'est toujours aussi bon...), la Nordic Polska du groupe éphémère Leveleven, constitué de The Real Group et de Rajaton :
la Nordic Polska , par le groupe ephmère Leveneven

retour en haut de page

Bonjour,
bon, je préviens tout de suite, ce que je vous propose ce matin est tout sauf évident... mais c'est tellement beau. Une oeuvre - et une compositrice - découverte grâce au film ​Le couvent, de Manoel de Oliveira, il y a plus de vingt ans. Et en sortant du cinéma, bien secoué par la beauté du film, une seule idée en tête : acheter le CD pour savourer encore cette musique si prenante !
La compositrice, c'est Sofia Gubaidulina, une tatare qui fut l'assistante de Chostakovitch dans les années 50, et aurait probablement été beaucoup plus connue si elle n'avait pas vécu dans la dictature soviétique... car, et c'est probablement une chance pour la musique, elle n'était pas dans la ligne ! Heureusement, dès le début des années 80, le grand violoniste balte Gidon Kremer la fait connaître en interprétant l'oeuvre que je vous propose aujourd'hui : Offertorium, un concerto pour violon. A Kremer succèderont d'autres grands interprètes comme les quatuors Kronos et Arditti (tous deux spécialistes de musique contemporaine), et des solistes et chefs renommés comme Rostro (povitch, bien sûr), Anne-Sophie Mutter (dédicataire d'un second concerto pour violon), Simon Rattle, Guenadi Rojdestvenski, ... tous conscients de servir une grande compositrice.
Alors, voila cet ​Offertorium​, avec Kremer et le Boston Symphony Orchestra dirigé par Charles Dutoit. Je vous suggère de commencer par la fin, à partir de 27'04", ce passage si envoutant, qui m'avait tellement séduit... et j'espère bien qu'après ça, vous aurez envie de tout écouter, car c'est une vraie merveille :
Offertorium, de Sofia Gubaidulina, avec Kremer et le Boston Symphony Orchestra dirigé par Charles Dutoit

retour en haut de page

Bonjour,
lors du premier stage de chant que Sibylle et moi avons fait avec Michel Laplénie, à Blaye, nous avons découvert l'Office des défunts (Officium defunctorum) de Tomas Luis da Victoria, compositeur espagnol qui a passé une partie de sa vie à Rome avant de revenir à Madrid.
Une expérience à la fois pénible - le choeur n'était pas très bon, les voix de femmes, en charge des grégoriens, baissaient tout le temps au point que Michel avait dû les faire soutenir par l'orgue - et magique, car, oui, cette oeuvre est véritablement magique. Une messe des morts, mais (comme pour Brahms), une oeuvre sereine, il suffit d'écouter l'Introït pour s'en convaincre.
A notre retour, j'annonçais à La Quinte du Loup que je souhaitais mettre cette oeuvre à notre programme, et deux ans plus tard, c'était chose faite. Et là, quel bonheur. J'ai fini chacun des concerts en larmes (la fin ressemble à la seconde partie de l'Introït, chanter cette musique procure une émotion incroyable).
Composé pour les funérailles de l'impératrice Marie, et dédié à sa fille Marguerite d'Autriche, cet office est considéré comme le summum d'une oeuvre d'une richesse exceptionnelle (la Quinte du Loup prépare d'ailleurs un nouveau programme Victoria, avec la Messe O Magnum Mysterium et les Répons des Ténèbres, on en reparlera !).
Voici, pour vous en convaincre, la très belle version des Tallis Scholars :
Officium defunctorum, de Tomas Luis da Victoria, par les Tallis Scholars

retour en haut de page

Bonjour,
une nouvelle fois, Ravel. Ravel, magicien de l'orchestre, inventeur de mondes sonores qu'on a envie de découvrir, approfondir, revisiter sans cesse. Ravel, chez qui - un de plus, après Brahms et Bach - tout est bon, musique pour piano, musique de chambre, musique orchestrale, musique vocale...
Ravel qui fut profondément marqué par la 1ère guerre mondiale, cette guerre à laquelle - lui qui avait exempté de service militaire en raison de sa faible constitution - il avait voulu prendre part en s'engageant dès le début du conflit, mais dont il restera éloigné, d'abord parce que « trop léger de deux kilos » (ne pesant que 48 kg), puis - après avoir été finalement incorporé comme conducteur de camion - parce qu'il tombera gravement malade et sera rapidement démobilisé.
Le conflit mondial est présent dans le Tombeau de Couperin, que Ravel compose pour le piano en 1917/18 avant de l'orchestrer (il a fait pour nombre de ses compositions pour piano, dont les versions orchestrales sont généralement plus connues que leurs versions originales). Une suite de danses dont chacune est dédiée à un ami musicien tombé au front, et qui s'inscrit dans une tradition ancienne de suites de danses pour le clavecin, initiée par Couperin ou Rameau, le terme tombeau faisant référence à un hommage poétique et musical en usage au 18ème siècle.
Le tombeau de Couperin, de Maurice Ravel, Orchestration complète

retour en haut de page

Bonjour,
vous avez aimé Henri Texier et le Transatlantik Quartet ? Alors, reprenons-en un peu, avec ce coup-ci une composition d'Aldo Romano - le bel Aldo, ce batteur italien qui a fait chavirer le coeur des françaises (et des français) depuis si longtemps (je viens de découvrir qu'il fêtait cette année ses 79 ans... je vais avoir du mal à m'en remettre...).
Un batteur qui chante aussi, d'ailleurs, ce qui explique peut-être pourquoi ses compositions sont aussi chantantes ? Le morceau, tiré de l'album Izlaz, s'appelle Rondine, en français Hirondelle... et en anglais, Swallow, le nom de famille du bassiste Steve Swallow, membre du quartet à qui ce morceau est dédié :
Hirondelle, de Aldo Romano
Et pour vous convaincre (définitivement ?) qu'un batteur peut écrire de belles mélodies, voici une autre d'Aldo Romano, Il camino :
Il Cammino, de Aldo Romano
Et des versions alternatives, bien sûr. D'abord, l'accordéoniste Daniel Mille :
Version alternative, par l'accordéoniste Daniel Mille
Et puis, bien sûr, Nougaro, qui mit des mots - des rimes ! - sur cette si belle musique :
Autre version alternative, par Claude Nougaro

retour en haut de page

Bonjour,
aujourd'hui, une oeuvre peu jouée, car d'une très grande difficulté pour les 4 héros : le Konzertstück pour 4 cors de Robert Schumann. Dès l'attaque de cette Pièce de concert, on comprend à quel point il s'agit d'un morceau de bravoure pour les cornistes, et seuls des instrumentistes hors pair peuvent éviter le couac tout au long de l'oeuvre (qui fut même considérée injouable par beaucoup, au début) !
Au fait, c'est quoi, une pièce de concert ? En fait, ça ressemble à un concerto, mais en un seul mouvement. Et l'idée est de permettre au(x) soliste(s) de faire preuve de sa(leur) virtuosité à travers une oeuvre brillante, pleine de peps. Et là, Schumann fait très fort.
Il faut dire qu'il est dans une bonne période (ça ne sera pas toujours le cas), et qu'il a découvert un instrument pour lequel il va composer plusieurs oeuvres en ce milieu de siècle : le cor d'harmonie. Mis au point dans la première moitié du 18ème siècle, cet instrument à pistons (aujourd'hui, à palettes) permet de jouer toutes les notes, contrairement au cor naturel (pour lequel tout se fait à la bouche), et donc de se lancer dans des envolées virtuoses inédites.
Et si certains compositeurs (dont Brahms !) seront réticents (j'ai même découvert que le Conservatoire de Paris n'avait pas enseigné cet instrument avant le 20ème siècle), Schumann, lui, va immédiatement adopter cet instrument, pour notre plus grand bonheur :
le Konzertstück pour 4 cors, de Robert Schumann

retour en haut de page

Bonjour,
c'était du temps où Jazz à Vienne méritait son nom, et où j'y passais plusieurs soirées au cours de la quinzaine, avec quelques copains fondus de jazz. Ce soir là, nous étions là pour deux monuments : Stan Getz, et l'un des plus grands trompettistes, qui revenait de nulle part après une vie tellement abîmée que même les studios hollywoodiens n'auraient pas acheté un tel scenario : Chet Baker (le concernant, je vous conseille le formidable film Let's get lost :
Le film Let's get lost .
Chet, une gueule à la James Dean mais une addiction à l'héroïne qui l'emportera, entre galères et drames, jusqu'à la chute finale, du balcon de son hôtel, à Amsterdam.
Et donc Vienne, au début des années 80... Chet était revenu au firmament du jazz, après avoir été considéré comme définitivement perdu (des dealers lui avaient fracturé la mâchoire et cassé les dents), et tournait à cette époque avec le guitariste belge Philip Catherine et le bassiste Jean-Louis Rassinfosse. Et il arrive, à petit pas, on devine l'homme fatigué, avec sa petite valise. Il ouvre la caisse, sort sa trompette... et on décolle... A la fin du set, on aura droit à plusieurs rappels, à chaque fois, Chet salue, range sa trompette, sort de scène, revient, ressort sa trompette, joue... un vrai gag, mais l'émotion était telle qu'on était plus dans les larmes que dans le rire...
Chet n'était pas uniquement trompettiste, il était également un merveilleux chanteur. En fait, il chantait comme il jouait, le souffle était le même. Alors, parce que, même quand on a déjà entendu ce standard des centaines de fois, l'émotion est toujours là à chaque audition, voici Chet Baker, trompettiste et chanteur, et son morceau fétiche, My funny valentine :
Chet Baker ; My funny Valentine

retour en haut de page

Bonjour,
un nouveau souvenir de mes années de collège, quand nous passions notre vie au Conservatoire (les deux premières années de CHAM, avant que ne soit construit le collège Charles Münch, c'était même le grand luxe, nous étions rattachés au collège/lycée Mounier... et, hormis pour la bio et le sport, les profs venaient au Conservatoire pour nous faire cours !!!). Outre le jeu de fronton avec une balle de tennis sur le mur près de l'entrée, l'un de mes grands plaisirs, c'était la discothèque, où l'on pouvait écouter des tas de choses, installé dans une cabine d'écoute.
J'ai donc pu élargir mes connaissances, approfondir ce qu'on nous faisait écouter en histoire de la musique ou en solfège, et découvrir des oeuvres ou des compositeurs, comme ça, au jugé... Et c'est ainsi que j'ai découvert la suite du Lieutenant Kijé de Prokofiev.
Aujourd'hui, je serais presque tenté de dire "mouais, néo-classique, un peu ploum-ploum...", mais en le réécoutant... Et puis, l'amateur des premiers albums solo de Sting se rappelle que ce dernier a pompé Prokofiev dans son 1er opus, ceux qui connaissent reconnaitront la Romance qui a été réutilisée dans Russians.
Voici donc cette suite, interprétée par le CSO (Chicago Symphonic Orchestra) dirigé par Monsieur Claudio Abbado :
Suite du Lieutenant Kijé, de Prokofiev

retour en haut de page

Brèves

Le slam de Narcisse :
Eux, ils soignent

Dans un clip de moins de deux minutes, il décrit avec une infinine justesse notre quotidien et celui de ceux qui sont aux chevets des malades, en première ligne face au coronavirus. Même si toutes les initiatives ont du sens et sont les bienvenues, dans la pluie d’hommages faits au personnel soignant en première ligne dans la crise du Covid-19, certains se démarquent. C’est le cas d’une vidéo réalisée par le slammeur Narcisse, un artiste suisse intronisé “chef de file” du slam lausannois et lauréat de la ligue du slam de France en 2013.

Produit pour la RTS, la radio et télévision publique suisse romande, son clip commence à se répandre sur les réseaux sociaux telle une traînée de poudre. Il faut reconnaître que Narcisse trouve les mots parfaitement justes pour évoquer notre quotidien confiné et le mettre en perspective avec celui du personnel médical au chevet des malades.