Colloque "Pierre Mendès France, La morale en politique"

Pierre Mendès France

A l'initiative du Cercle Bernard Lazare-Grenoble

19-20 octobre 1989

U.F.R. de Sciences humaines
Université des Sciences Sociales de Grenoble
Salle des Colloques, Bâtiment des Sciences de l'Homme et Mathématiques


Programme du colloque


19 Octobre 1989

  • 9 h 30 Ouverture du colloque
    par Bernard POUYET, président de l'Université des Sciences Sociales de Grenoble
    en présence de M. le Recteur de l'Académie de Grenoble.
  • 10 h 30 Introduction
    par Me Georges KIEJMAN avocat à  la Cour d'Appel de Paris.
  • 11 h 00 Le Mendésisme
    par Serge BERSTEIN professeur à  l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.
  • 11 h 30 Pierre Mendès France et les partis de la 4ème République
    par Hubert DESVAGESmaître de conférences à  l'Université des Sciences Sociales de Grenoble (département d'histoire).
  • 12 h 00 Pierre Mendès France et les Institutions de la 4ème République
    par Paul LEROY, professeur à  l'Université des Sciences Sociales de Grenoble (Faculté de Droit)

Président de séance Bernard POUYET

12 h 30 Rencontre avec la Presse; Lunch offert par l'Université des Sciences Sociales de Grenoble

  • 14 h 30 Pierre Mendès France et les Institutions de la 5ème République
    par Gustave PEISER, professeur à  l'Université des Sciences Sociales de Grenoble, Faculté de Droit.
  • 15 h 00 Table Ronde : Mendès France et la République
    Modérateur Georges KIEJMAN
    Intervenants Paul LEROY, Gustave PEISER, Jean-Louis QUERMONNE
    professeur à  l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.
  • 16 h 45 La période de la guerre, le procès de Pierre Mendès France
    par Jean-Denis BREDIN, avocat au Barreau de Paris.
  • 18 h 00 Pierre Mendès France, républicain et Juif
    par Daniel LINDENBERG, maître de conférences à  l'université de Paris VIII, et
    Phillippe BOUKARA, chercheur à  l'université de Paris X.

Président de séance : Guy MARTINIERE

19 h 30 Réception à la préfecture


20 Octobre 1989

  • 9 h 00 La morale en politique
    par David KESSLER, agrégé de philosophie, auditeur au Conseil d'Etat et
    Elisabeth de FONTENAY, maître de conférences à  l'Université de Paris I.
  • 10 h 30 Pierre Mendès France et la décolonisation
    par Pierre GUILLEN, professeur à  l'Université des Sciences Sociales de Grenoble (département d'histoire).
  • 11 h 00 Table Ronde : La décolonisation en Tunisie
    Modérateur : Pierre GUILLEN
    Intervenants : Mohamed MASMOUDI, ancien Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement Tunisien et
    Jean LACOUTURE, écrivain.

Président de séance Jean-Louis QUERMONNE

  • 13 h 00 Déjeuner au Restaurant "Poivre et Sel"
  • 14 h 30 Pierre Mendès France et l'économie
    par Henri MORSEL, maître de conférences à  l'Université des Sciences Sociales de Grenoble (département d'histoire).
  • 15 h 00 Pierre Mendès France à  Grenoble
    par Jean-Louis QUERMONNE et Jean VERLHAC
    maîtres de conférences à  l'Université des Sciences Sociales de Grenoble.
  • 16 h 00 Pierre Mendès France et l'Europe
    par Gérard BOSSUAT, maître de conférences à  l'université de Paris I.
  • 16 h 45 Clôture du colloque par Paul LEROY

Président de séance : Paul LEROY Le colloque se terminera à 17 heures


Actes du colloque

publiés sous le titre
Pierre Mendès France, la morale en politique

Presses Universitaires de Grenoble, décembre 1990, ISBN 2 7061 03950 7 avec le concours de

  • la Fondation du Crédit Lyonnais
  • Cercle Bernard Lazare - Grenoble
  • Ville de Grenoble
  • Conseil Scientifique de l'Université des Sciences Sociales de Grenoble

sous la direction de

  • Janine Chêne
  • Edith Aberdam
  • Henri Morsel
Couverture actes Quatrième de couvertures actes
Le devoir d'un responsable ne consiste pas à  louvoyer, à  ménager sans cesse les uns et les autres, en sacrifiant ainsi l'intérêt de la collectivité tout entière.
Il exige des choix, des déterminations claires, avec la volonté de s'y tenir, dans l'opposition comme au pouvoir. Ainsi seulement murissent les réformes qui commandent l'avenir, vers les progrès et la justice.
Je ne crois pas, comme certains, qu'il faut savoir mentir au peuple ou biaiser avec lui, car c'est lui qui en supportera les conséquences.
J'exclus les concessions qui subordonnent les considérations générales et permanentes à  celles qui restent particulières et éphémères...
Pierre Mendès France

Table des matières

5 - Marie-Claire MENDES FRANCE : Avant propos

9 - Edith ABERDAM, Janine CHENE, Henri MORSEL : Préface

15- Bernard POUYET : Ouverture

19 - Georges KIEJMAN : Introduction

1. Mendès France, la politique et la République

31 - Serge BERSTEIN : Le mendésisme

41 - Hubert DESVAGES : Pierre Mendès France et les partis de la IVe République

53 - Paul LEROY : Pierre Mendès France et les institutions de la IVe République

67 - Gustave PEISER : Pierre Mendès France et les institutions de la Ve République

83 - Daniel LINDENBERG : Pierre Mendès France, Républicain et Juif

91 - Georges KIEJMAN, Jean-Louis QUERMONNE, table ronde : Pierre Mendès France et la République

2. La morale, une pratique

121 - David KESSLER : Morale et politique à partir de l'oeuvre de Pierre Mendès France

131 - Elisabeth BOURDEAU DE FONTENAY : Le pouvoir de commencer

138 - Débat

147 - Henri MORSEL : Pierre Mendès France et la morale en politique économique et sociale

161 - Débat

165 - Jean-Denis BREDIN : Le procès de Pierre Mendès France

177 - Débat

3. La décolonisation et la politique étrangère

 3.1. La décolonisation

185 - Pierre GUILLEN : Pierre Mendès France et la décolonisation

203 - Jean LACOUTURE, Mohamed MASMOUDI, débat : La décolonisation en Tunisie

 3.2. La recherche de la paix au Proche-Orient

225 - Marie-Claire MENDES FRANCE : Israël-Palestine

227 - Henry BULAWKO : Pierre Mendès France et l'Etat d'Israël

235 - Philippe BOUKARA : Le "mendésisme" et Israël : affinités et modèles

245 - Débat

249 - Lova ELIAV : Témoignage

3.3. L'Europe

255 - Gerard BOSSUAT : Pierre Mendès France, une volonté pour l'Europe, 1944-1972

4. Pierre Mendès France et Grenoble

269 - Jean-Louis QUERMONNE, Jean VERLHAC, table ronde : Pierre Mendès France à Grenoble

305 - Jean VERHLAC : Chronologie de Pierre Mendès France à Grenoble


Manifestations associées au colloque

Institut Pierre Mendès France, Cercle Bernard Lazare - Grenoble

Exposition

photographies, documents sonores et vidéo du 18 au 28 octobre 1989, Maison du Tourisme, de 10h à  12h et de 14h à  18h.

Inauguration en présence de Marie Claire Mendès France et de Maître Georges Kiejman, mercredi 18 octobre à  18 h.

Table ronde : Pierre Mendès France et la recherche de solutions pour la paix au Proche-Orient

Bibliothèque du centre-ville, rue de la République
le 18 octobre 1989 à  20h30
avec
:

  • Marie Claire Mendès France, présidente du Comité Français du Centre International pour la Paix au Proche Orient
  • Arié Liova Eliav, Député Travailliste Israélien
  • Arié Shapir, délégué du MAPAM pour l'Europe
  • Modérateur : Henri Bulawko, Président d'Honneur du Cercle Bernard Lazare.

Le Nouvel Observateur -
Et vous avez vu Sadate et Begin ensemble ?

Pierre Mendès France - Je n'ai jamais vu une émotion, un enthousiasme pareils. Je pourrais raconter des histoires incroyables ! Je prends un taxi, je demande au chauffeur combien je lui dois, il me dit "Aujourd'hui, on ne paie pas ! ". Emmener un gosse de trois mois ou de six mois pour voir défiler Sadate, qu'est-ce que cela veut dire, sinon que vous êtes vous-même dans une espèce d'ivresse extraordinaire et que vous voulez pouvoir dire à  cet enfant, quand il aura vingt ans " Tu étais là, ce jour-là ... " ? Les gens dansaient dans les rues. Je crois vraiment que tout le monde a été impressionné et bouleversé et que l'opinion a été brusquement empoignée par un immense espoir de paix. C'était émouvant. (Le Nouvel Observateur, n° 682, 5 au 11 décembre 1977)

Cinéma : Projection du film Le Chagrin et la Pitié

C.R.D.P. 11, rue du Général Champon, Grenoble
Lundi 23 octobre 1989. Séances à . 8 h, 14 h, et 20 h.

Durée du film : 4 h 30.

Haut de page

Brèves

Notre-Dame de Paris, vaisseau amiral des humanités

Par Catherine Kintzler, Mezetullele, 16 avril 2019

L’un des premiers articles de ce site (Mezetullele) fut consacré au glas qui résonna à la cathédrale de Paris, après l’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo en janvier 2015. Je n’oublierai jamais que le sombre et puissant bourdon sonna, oui, pour des « mécréants », signant ainsi, une nouvelle fois, l’inscription de Notre-Dame de Paris dans l’histoire nationale et universelle : ce monument au sens plein du terme appartient à tous. Il appartient à tous dorénavant de le célébrer et d’en prendre la relève.

Je n’oublie pas non plus que, quand j’entre dans une église de mon pays pour y voir quelque merveille, pour y goûter l’invitation à la sérénité, pour y vibrer à l’harmonie que de grands musiciens ont su faire entendre aussi bien à l’autel qu’au théâtre, personne ne me surveille pour voir si je me signe, personne ne me demande une quelconque génuflexion. Et cela est juste, car les œuvres, dans leur superbe auto-suffisance, n’ont pas besoin d’un directeur de conscience qui mette leur contemplation sous condition. Pour que chacun les admire, les inscrive aux humanités, les œuvres réclament quelques lumières, un peu d’attention et d’instruction. Alors, je m’incline librement et mentalement devant des siècles de pensée, de savoir, de savoir-faire offerts par ce trésor, cette « âme résumée » de civilisation dans un grandiose tracé de pierre, de bois et de verre rythmé par le nombre d’or.

Maintes fois, empruntant une ligne de métro qui, depuis un viaduc sur la Seine à l’Est de Paris, offre une vue sur l’élégante pointe orientale de l’île de la Cité, avec l’abside et le chevet de la cathédrale apparaissant alors comme un vaisseau, j’en ai voulu à mes compagnons éphémères de trajet de regarder ailleurs ou, pire, de rester les yeux rivés sur l’écran d’un candy crush. Je me retenais de leur crier : ouvrez les yeux, relevez la tête et tournez-la de ce côté !

Peut-être quelques-uns ce matin, en jetant un œil effaré sur le tableau encore fumant, auront-ils regret de n’avoir pas conservé en eux, pour redonner à Paris la gracieuse poupe de son vaisseau, le souvenir vivant de ce qu’ils avaient tous les jours sous les yeux. Et que ce vaisseau amiral des humanités, entamé par les flammes et battu par les flots, avec tout ce qu’il embarque et représente, ne sombre pas : c’est leur affaire, c’est notre affaire.