Rencontre avec Ivan Jablonka :
Histoire des grands parents que je n'ai pas eus

Le vendredi 11 mai 2012 à 18h30
A la librairie Le Square ou Librairie de l'Université, 2 square du Dr. Martin, Grenoble

Quatrième de couverture

Je suis parti, en historien, sur les traces des grands-parents que je n'ai pas eus. Leur vie s'achève longtemps avant que la mienne ne commence : Matès et Idesa Jablonka sont autant mes proches que de parfaits étrangers. Ils ne sont pas célèbres. Pourchassés comme communistes en Pologne, étrangers illégaux en France, Juifs sous le régime de Vichy, ils ont vécu toute leur vie dans la clandestinité. Ils ont été emportés par les tragédies du XXe siècle : le stalinisme, la montée des périls, la Seconde Guerre mondiale, la destruction du judaïsme européen.

Pour écrire ce livre, j'ai exploré une vingtaine de dépôts d'archives et rencontré de nombreux témoins en France, en Pologne, en Israël, en Argentine, aux États-Unis. Ai-je cherché à être objectif ? Cela ne veut pas dire grand-chose, car nous sommes rivés au présent, enfermés en nous-mêmes. Mon pari implique plutôt la mise à distance la plus rigoureuse et l'investissement le plus total.

Il est vain d'opposer scientificité et engagement, faits extérieurs et passion de celui qui les consigne, histoire et art de conter, car l'émotion ne provient pas du pathos ou de l'accumulation de superlatifs : elle jaillit de notre tension vers la vérité. Elle est la pierre de touche d'une littérature qui satisfait aux exigences de la méthode.

En partenariat

  • Librairie Le Square
  • Cercle Bernard Lazare - Grenoble

Brèves

Denis Peschanski

Alors, on ne va pas tourner autour du pot.
Agression contre des non grévistes (ainsi une femme face à une trentaine de grévistes à la RATP), interruption d'un spectacle aux Bouffes du Nord, toujours par vingt ou trente personnes, pour la seule raison que le président de la République était dans la salle, incendie de la brasserie La Rotonde parce qu'il avait accueilli le candidat Macron et ses amis au soir du premier tour en 2017, irruption de quelques dizaines de militants guidés par un dirigeant Sud dans les locaux de la CFDT : j'en ai assez de lire des bien pensants, propres sur eux, commentateurs si cultivés qui inversent les responsabilités et se retournent vers le pouvoir pour le viser, comme ils l'avaient fait quand les GJ détruisaient tous les radars (combien de morts par ce geste indigne et irresponsable ?) ou quand ils riaient bien de leurs propos et leurs pancartes antisémites et homophobes ; j'en ai assez de ces militants ou commentateurs qui insultent, la haine à la bouche, l'injure en guise de parole publique sur des réseaux sociaux devenus les poubelles de la démocratie.

Alors ne tournons pas autour du pot : ceux qui agissent comme ils le font sont les nouveaux fascistes. Ceux qui les soutiennent les cautionnent. Ceux qui les relaient à la tête des partis politiques détruisent les fondements mêmes de la démocratie.