Récital de chant : par Léa Sarfati

Femmes de désir. Désirs de femmes


Que font les héroïnes d’opéra ?
Elles aiment, passionnément, follement, d'homme en homme, de fête en fête. Elles aiment à en mourir.
Tout cela serait très triste si elles ne se lançaient dans l'amour et dans la mort avec une fougue sauvage et belle.
Et leur désir flambe jusqu'au dernier instant.

Mais pourquoi meurent-elles si souvent sur les scènes d’opéra, les héroïnes ? Pourquoi succombent-elles à leur désir ? Pourquoi connaissent-elles toujours la maladie, la prison, la prostitution, l'assassinat ? Le plaisir leur serait-il interdit ?
Est-ce que les héros meurent autant ?

Nous avons eu envie de poser la question sur scène avec légèreté et humour. Nous avons eu envie de retrouver les héroïnes les plus bouleversantes, leurs joies inoubliables et leurs douleurs tout aussi puissantes. Elles nous fascinent.

Léa Sarfati dialogue avec ces femmes auxquelles elle donne sa voix. La pianiste, Aline Bartissol, elle est femme aussi, dialogue avec le piano... Une grande histoire d’amour. Pur plaisir du chant et du jeu. Un plaisir inusité. Une liberté inusitée. Une joie sans limite. Car la chanteuse adore mourir. En scène.

Avec Puccini, Verdi, Massenet, Mozart, Wagner.

Concert de Léa

Brèves

Le slam de Narcisse :
Eux, ils soignent

Dans un clip de moins de deux minutes, il décrit avec une infinine justesse notre quotidien et celui de ceux qui sont aux chevets des malades, en première ligne face au coronavirus. Même si toutes les initiatives ont du sens et sont les bienvenues, dans la pluie d’hommages faits au personnel soignant en première ligne dans la crise du Covid-19, certains se démarquent. C’est le cas d’une vidéo réalisée par le slammeur Narcisse, un artiste suisse intronisé “chef de file” du slam lausannois et lauréat de la ligue du slam de France en 2013.

Produit pour la RTS, la radio et télévision publique suisse romande, son clip commence à se répandre sur les réseaux sociaux telle une traînée de poudre. Il faut reconnaître que Narcisse trouve les mots parfaitement justes pour évoquer notre quotidien confiné et le mettre en perspective avec celui du personnel médical au chevet des malades.