Ghaleb Bencheikh : Il faut refonder la pensée théologique de l'Islam

Le Monde.fr, 20 janvier 2015

Ghaleb Bencheikh est islamologue et membre de la délégation des droits de l’homme.

Le terrorisme abject a frappé au cœur de Paris. Et nous ne pouvons pas nous contenter seulement de dénoncer ces actes qui nous révulsent ni nous résoudre dans une résignation morose à subir la prochaine attaque.

Les djihadistes ont décidé de déclencher une conflagration généralisée s’étalant sur un arc depuis le nord Nigéria jusqu’à l’Île de Jolo (Philippines). Chaque jour des dizaines de vies sont fauchées par une guerre menée au nom de l’islam avec toutes les logorrhées dégénérées qui usurpent son vocabulaire devenu anxiogène. Les exactions qui sont commises nous scandalisent et offensent nos consciences. L’incendie ne semble pas fixé, bien au contraire, ses flammes voudraient nous atteindre en France

Il est de notre responsabilité, d’abord à nous, citoyens musulmans, de nous opposer à tout ce qui l’attise et l’entretient. Nous ne le faisons pas pour obéir à telle injonction ni parce que nous sommes sommés de nous « désolidariser ». Nous agissons de la sorte mus que nous sommes par une très haute idée de la liberté et de la fraternité.

Après l’affliction, il est temps de reconnaître, dans la lucidité, les manquements à l’éthique de l’altérité qui altèrent des communautés musulmanes ignares et déstructurées. Le drame réside dans le discours martial puisé dans la partie belligène du patrimoine religieux – conforme à une vision du monde dépassée, propre à un temps éculé - qui n’a pas été dévitalisée. Des sermonnaires doctrinaires le profèrent pour « défendre » une religion qu’ils dénaturent et avilissent. Plus que sa caducité, il est temps de le déclarer antihumaniste.

Au-delà des simples réformettes, plus qu’un aggiornamento, qui s’apparentent à une cautérisation d’une jambe en bois, c’est à une refondation de la pensée théologique qu’il faut en appeler, je ne cesse de le requérir et m’étais égosillé à l’exprimer. En finir avec la « raison religieuse » et la « pensée magique », se soustraire à l’argument d’autorité, déplacer les préoccupations de la croyance vers les problématiques de la connaissance, relèvent d’une nécessité impérieuse. L’on n’aura plus à infantiliser des esprits ni à culpabiliser des consciences. Les chantiers sont titanesques : la laïcité, l’égalité foncière entre les êtres, la liberté d’expression, la garantie de pouvoir abjurer sa croyance, la désacralisation de la violence, sont des antidotes primordiaux exigés.

Le discours incantatoire ne règle rien. Ce n’est plus possible de pérorer que l’islam c’est la paix. Bien que nous connaissions la miséricorde enseignée par sa version standard, c’est aussi une compréhension obscurantiste, passéiste et rétrograde d’une partie du patrimoine calcifié qui est la cause de tous nos maux. Il faut la dirimer. Nous ne voulons pas que la partie gangrène le tout. La scansion de l’antienne islamiste est justifiée par une lecture biaisée d’une construction humaine sacralisée et garantie par « le divin ».

Il est temps de la sortir des enfermements doctrinaux. L’inapplicabilité d’un certain nombre de textes du corpus religieux est une réalité objective. Nous en tirons les conséquences. Je regrette que nous ne l’ayons pas fait en France. Aucun colloque de grande envergure n’a pu se tenir, aucun symposium important n’a été organisé ; pas la moindre conférence sérieuse n’a été animée pour pourfendre les thèses islamistes. La pusillanimité de nos « hiérarques » nous a causés beaucoup de torts. Leur incurie nous laisse attendre, tétanisés, la tragédie d’après.

Face à la barbarie, il vaut mieux vivre peu et en phase avec ses convictions humanistes que de végéter longtemps en étant complice par l’inaction de ce qu’on dénonce. Des régimes politiques sévissent sans légitimité démocratique, gouvernent en idéologisant la religion et participent à la coalition qui bombarde le monstre Daech. Alors que ce dernier est le wahhâbisme en actes, rien d’autre. C’est le salafisme, la cruauté en sus.

Marre de la criminalisation de l’apostasie, des châtiments corporels, de la minoration de la femme, de la captation des consciences et de l’intolérance religieuse. Il incombe aux théologiens de décréter le wahhabisme attentatoire à la dignité humaine.

Renouer surtout avec l’humanisme d’expression arabe qui a prévalu en contextes islamiques et le conjuguer avec toutes les sagesses de l’humanité. Il est affligeant qu’il soit oblitéré, effacé des mémoires et totalement occulté. Ravaler le délabrement moral, en finir avec l’indigence intellectuelle et la déshérence culturelle. L’extrémisme est le culte sans la culture ; le fondamentalisme est la croyance sans la connaissance.

L’éducation, la culture et l’inclination pour les valeurs esthétiques libèrent les esprits, élèvent les âmes, polissent les cœurs et les assainissent de tous les germes du ressentiment et de la haine. Faisons de cet événement tragique un avènement spécifique inaugural d’une ère promise d’une nation pour tous.


Brèves

Concert "Mémoire et Cinéma"

le 14 mai 2018, Chapelle Sainte Marie d'en Haut, Musée Dauphinois

Voir les informations

_______

La Tribune de Nahum Barnea, éditorialiste à © Yedioth A’haronoth [DR], jeudi 5 avril 2018, traduit par Danièle Kriegel

La question des demandeurs d’asile n’aurait pas dû séparer gauche et droite. Après tout, les 35 000 Africains qui se sont infiltrés en Israël n’ont pas réclamé un droit de propriété sur notre terre sainte. Ils ne menacent ni la majorité juive, ni l’ordre social, ni la paix de nos enfants, filles et garçons, ni le gouvernement de droite. Tout ce qu’ils demandent, c’est de s’éloigner de régimes assassins et de vivre, ici, d’un travail exténuant, payé le minimum.

La barrière électronique située le long de la frontière israélo-égyptienne, dont la construction a commencé sous le gouvernement Olmert et s’est achevée sous le précédent mandat de Nétanyahou, a totalement stoppé le flot des arrivées depuis le Sinaï. Aujourd’hui, ils représentent moins de 0,5% de la population du pays. Israël sait et a su faire face à des défis bien plus difficiles et complexes. [….]

Non ! Le problème, ce ne sont pas ces 35 000 Africains. Ceux-là ne sont que les outils au service d’une révolution en cours dans la société israélienne : celle des valeurs fondamentales du pays. « Lorsqu’on coupe des arbres, disait le maître de l’Union Soviétique Joseph Staline, cela projette des éclats de bois. » Les Africains sont ces éclats de bois. Les valeurs sur lesquelles l’État d’Israël a été fondé sont les arbres sur le point d’être coupés.

Il faut dire la vérité. L’actuel gouvernement israélien n’est pas très différent de la série de gouvernements de droite en Europe centrale, en Europe orientale et de l’administration Trump aux États-Unis. Leur dénominateur commun, c’est la xénophobie. On hait l’étranger en raison de sa religion et de sa couleur de peau. En Europe et en Amérique, cette évolution s’accompagne d’échos antisémites. Non pas parce que les Juifs sont un problème, mais par habitude.

La haine de l’étranger est un élément commode pour tout pouvoir. Elle renforce l’identité commune, le sentiment de supériorité de la majorité blanche, et fait oublier les complications liées aux affaires de corruption. À cette haine là, s’ajoute celle dirigée contre l’ordre actuel : l’establishment judiciaire, médiatique et les valeurs libérales. L’étranger n’est pas le seul ennemi, mais aussi la gauche. Quiconque critique le pouvoir est un étranger, un gauchiste, un ennemi.

Ôtez la dimension antisémite, et vous avez la nouvelle droite israélienne ; celle de Naphtali Bennett, d’Ayeleth Shaked et de Benyamin Nétanyahou dans son 4e mandat.[…] Naphtali Bennett, le ministre de l’Éducation, qui œuvre pour annexer 4 millions de Palestiniens, ne peut pas accepter 16 000 travailleurs étrangers africains. Ayeleth Shaked, la ministre de la Justice, ne peut accepter les valeurs représentées par la Cour Suprême. Elle se doit de la détruire. La loi de contournement de cette cour que la Knesseth, le parlement, s’apprête à voter cette semaine est une première étape sur la route empruntée par la ministre en vue de détruire la Haute Cour.

Moshé Kahlon, non plus, ne peut pas vivre avec 16 000 Africains. Il lit les posts sur les réseaux sociaux, et il prend peur. À tel point qu’il trahit le seul principe qui fonde sa prétention à être le dirigeant d’un parti du centre: la défense de la Haute Cour. Cette trahison est le prix qu’il est prêt à payer afin de survivre. Ce tarif est fixé par le gouvernement pour faire partie de la coalition au pouvoir.

Il est facile de haïr les Arabes : entre eux et nous, la comptabilité sanglante est longue. Eux et nous, nous nous battons pour la même terre. La question des demandeurs d’asile, c’est le test de vérité ultime, le polygraphe de nos valeurs. Ben-Gourion aspirait à créer ici une société en forme d’exemple pour les Nations. C’était autrefois.