Abraham Heschel : les bâtisseurs du temps, le cycle des fêtes juives

Repas shabbatique, animé par Henri Cohen-Solal

logo ccj Centre Culturel Juif

   logo cbl   Cercle Bernard Lazare - Grenoble

logo CIG BarYohaî CIG Bar Yohaï

Samedi 27 mai 2017 à 12 heures
Centre Culturel Juif
4 bis rue des Bains, Grenoble
Prix du repas 20 euros. Réservations par e-mail à : accueil@ecjgrenoble.org

Henri Cohen Solal

est un psychanalyste franco-israélien, spécialisé dans l’éducation et co-fondateur du réseau Beit Ham.

_________________________

Figure emblématique de la pensée juive contemporaine, Abraham Joshua Heschel a expliqué de nombreuses facettes de la pensée juive, y compris la philosophie juive médiévale, la kabbale et le hassidisme, en s'intéressant particulièrement aux prophètes et à la façon appropriée pour les Juifs de vivre en accord avec leur foi sans se couper de la modernité. Fidèle à la position « centriste » du judaïsme conservateur, il inclut dans ses livres critiques polies mais acérées tant contre ceux qui, dans le judaïsme réformé, ne regardent plus la loi juive comme normative que contre ceux qui selon lui, dans le judaïsme orthodoxe, s'attachent plus à la lettre qu'à l'esprit de la loi.

Abraham Heschel fut aussi engagé au côté de Martin Luther King dans le combat contre la ségrégation aux Etats-Unis
(ci-dessous : lors de la Marche pour les Droits Civiques en 1963)

La proximité entre Martin Luther King Jr et Abraham Heschel n’est pas uniquement politique. C’est une amitié, au service la nation américaine, de la rédemption du pays. Ils se sont rencontrés à Chicago en 1963, lors d’une assemblée débattant de la question de la race. Ils discutaient régulièrement et se retrouveront pour les marches, parmi lesquelles celle de Selma. MLK sera nommé Docteur Honoris Causa par le Séminaire juif de New York. Les rabbins qui l’accueillent pour la réception chantent « We shall overcome » en hébreu.

MLK assistera à une cérémonie marquant les 60 ans d’Heschel. Il y prononcera son célèbre discours sur Israël. Sur le fait que l’antisionisme n’est qu’un autre nom pour l’antisémitisme. Il sera assassiné quinze jours plus tard à Memphis. Sa veuve demanda à Heschel de prononcer quelques mots à ses funérailles.

(Wikipedia)

Abraham Heschel et Martin Luther King
Abraham Heschel et Martin Luther King


Brèves

Israël : la Loi sur l’Etat-Nation contredit la Charte d’Indépendance

par Michel Kichka, 22 juillet 2018

Voici la traduction d’un texte que j’ai mis en ligne ce matin sur mon blog hébreu. Il permettra aux non hébraïsants de connaître ma position. […]

La Loi sur l’Etat-Nation a été votée par la Knesset en seconde et troisième lecture lors de sa dernière séance plénière avant les vacances d’été.
Cette loi est surtout l’expression de la grande faiblesse de ce gouvernement de droite sous la houlette de Bibi Netanyahou, dirigeant quatre fois élu du Likoud.
Cette loi aimerait se substituer au texte de la Déclaration d’Indépendance d’Israël qui fut publiée le 14 Mai 1948 dans le Journal Officiel et lue par Ben Gourion le 15 mai lors de la cérémonie historique de la création de l’Etat d’Israël. Texte qui a force de Constitution et de Loi.

Le texte de la nouvelle loi est la version « modérée » d’un texte initial et il est d’autant plus intéressant de connaître ce texte initial afin de mieux comprendre quel est l’agenda politique de la coalition majoritairement à droite au pouvoir.
Un agenda clair et transparent qui veut délégitimer le statut des arabes minoritaires en Israël et par la même occasion celui des israéliens de gauche qui sont, comme moi, pour la solution de deux pays pour deux peuples.

Le gouvernement de droite actuel est en quelque sorte la prolongation de l’idéologie de l’Irgoun, cet organisme illégal qui refusa le plan du partage de la Palestine en 1947 en deux états, Israël et la Palestine, considérant qu'Israël devait s’étendre aux deux rives du Jourdain.

En fait si l’Irgoun avait été aux commandes en 1947 il y a de fortes chances que l’Etat d’Israël n’eût pas existé.

Cette Loi d’Etat-Nation risque de transformer Israël en un état juif non démocratique. Une forme de sous-Apartheid, chose qui réjouirait les ennemis d’Israël, de sa souveraineté, de sa légitimité et de son existence, et parmi eux anti-sionistes et antisémites confondus qui accusent le sionisme de racisme. […]