Communiqué du CCLJ de Bruxelles à l'occasion du 70ème anniversaire de l'Etat d'Israël,
par Menia Goldstein, le 16 mai 2018

Notre joie sincère de célébrer le 70e anniversaire de la création de l’Etat d’Israël est malheureusement ternie par les évènements sanglants de Gaza. En organisant ces manifestations le long de la frontière entre Gaza et Israël, les Palestiniens rappellent au monde que la bande de Gaza est toujours sous blocus israélien et égyptien, en dépit du retrait unilatéral israélien de 2005.

Nous n’ignorons pas que ces manifestations, organisées par le Hamas, n’ont en rien l’allure des marches pacifiques organisées par Martin Luther King ou par Gandhi.

Nous n’ignorons pas davantage l’hypocrisie de ceux qui invitent le gouvernement israélien à ne pas réagir de manière disproportionnée, tout en se gardant de le faire lorsque l’armée turque lance des opérations meurtrières en zones kurdes sur le territoire syrien ou lorsque l’Arabie Saoudite massacre impunément des civils au Yémen.

Nous estimons cependant qu’une armée qui se revendique être l’une des plus « morales » au monde doit pouvoir développer une stratégie et des moyens adaptés à cette nouvelle réalité et qu’il aurait fallu utiliser des moyens non létaux pour éviter ce bain de sang.

Ce qui s’est passé est d’autant plus incompréhensible que le gouvernement Netanyahou savait pertinemment que cet affrontement avait pour objet de sensibiliser l’opinion publique à travers le monde. Comme s’il avait négligé la dimension médiatique du conflit, et oublié le parti pris déjà bien ancré de nombreux médias internationaux. Dans ce contexte, la force armée, disproportionnée ou pas, se retourne nécessairement contre celui qui en fait usage.

Cette violence resurgit de manière sanglante le jour où toute l’attention devait être fixée sur Jérusalem, capitale de l’Etat d’Israël. Car Jérusalem-Ouest est bel et bien la capitale du pays, le siège de ses institutions politiques, administratives et judiciaires. Personne ne le conteste dans la communauté internationale, pas même les Palestiniens.

Nous considérons toutefois que le geste symbolique de transférer l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem est inopportun à ce stade. Pour qu’il soit véritablement suivi d’effets, ce choix devait intervenir dans le cadre d’un accord sur le statut définitif de cette ville.

En dépit des efforts soutenus du gouvernement israélien visant à marginaliser par tous les moyens la question palestinienne et à écarter les solutions politiques alternatives qui émanent de la société israélienne, il est illusoire de croire que les Israéliens vivront en paix et en sécurité tant que leurs voisins palestiniens n’auront pas leur propre Etat.

En effet, les plans d’annexion préconisés par certains ministres israéliens, l’extension des colonies juives en Cisjordanie, et l’étranglement de la bande de Gaza empêchent les Palestiniens de prendre en mains leur destin dans un Etat souverain et menacent l’existence d’Israël comme Etat juif et démocratique. Contrairement à ce que pensent les tenants du statu quo et les durs de la droite nationaliste et religieuse, le temps ne joue pas en faveur d’Israël.


Brèves

Notre-Dame de Paris, vaisseau amiral des humanités

Par Catherine Kintzler, Mezetullele, 16 avril 2019

L’un des premiers articles de ce site (Mezetullele) fut consacré au glas qui résonna à la cathédrale de Paris, après l’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo en janvier 2015. Je n’oublierai jamais que le sombre et puissant bourdon sonna, oui, pour des « mécréants », signant ainsi, une nouvelle fois, l’inscription de Notre-Dame de Paris dans l’histoire nationale et universelle : ce monument au sens plein du terme appartient à tous. Il appartient à tous dorénavant de le célébrer et d’en prendre la relève.

Je n’oublie pas non plus que, quand j’entre dans une église de mon pays pour y voir quelque merveille, pour y goûter l’invitation à la sérénité, pour y vibrer à l’harmonie que de grands musiciens ont su faire entendre aussi bien à l’autel qu’au théâtre, personne ne me surveille pour voir si je me signe, personne ne me demande une quelconque génuflexion. Et cela est juste, car les œuvres, dans leur superbe auto-suffisance, n’ont pas besoin d’un directeur de conscience qui mette leur contemplation sous condition. Pour que chacun les admire, les inscrive aux humanités, les œuvres réclament quelques lumières, un peu d’attention et d’instruction. Alors, je m’incline librement et mentalement devant des siècles de pensée, de savoir, de savoir-faire offerts par ce trésor, cette « âme résumée » de civilisation dans un grandiose tracé de pierre, de bois et de verre rythmé par le nombre d’or.

Maintes fois, empruntant une ligne de métro qui, depuis un viaduc sur la Seine à l’Est de Paris, offre une vue sur l’élégante pointe orientale de l’île de la Cité, avec l’abside et le chevet de la cathédrale apparaissant alors comme un vaisseau, j’en ai voulu à mes compagnons éphémères de trajet de regarder ailleurs ou, pire, de rester les yeux rivés sur l’écran d’un candy crush. Je me retenais de leur crier : ouvrez les yeux, relevez la tête et tournez-la de ce côté !

Peut-être quelques-uns ce matin, en jetant un œil effaré sur le tableau encore fumant, auront-ils regret de n’avoir pas conservé en eux, pour redonner à Paris la gracieuse poupe de son vaisseau, le souvenir vivant de ce qu’ils avaient tous les jours sous les yeux. Et que ce vaisseau amiral des humanités, entamé par les flammes et battu par les flots, avec tout ce qu’il embarque et représente, ne sombre pas : c’est leur affaire, c’est notre affaire.