Film et débat sur Céline
Le dimanche 28 janvier à 18 h précises.

Céline en 1937, ennemi du Front populaire, et partisan d’une alliance avec Hitler,
choisit de devenir un écrivain anti juif. Il s’engouffre opportunément dans la vague antisémite,
bataillant sans relâche contre le « péril rouge » et le « péril juif ».
Pendant l’occupation, il fait figure de prophète et de pape de l’antisémitisme.

Récemment l’éditeur Gallimard a voulu rééditer Bagatelles pour un massacre ,
L'école des cadavres et Les Beaux draps avec les réactions et la suite que l’on sait.

Certains alors pouvaient se dire que, si Céline était un salaud de par ses écrits,
il n’en demeurait pas moins un des plus écrivains du 20ème siècle et qu’il fallait
en quelque sorte ne pas le prendre au sérieux, mettre de côté ses écrits antisémites
et ne pas y attacher plus d’importance que cela, écrits mis sur le compte d’une sorte de folie,
d’une hystérie irresponsable.

D’où les questions d’actualité : Céline le grand écrivain était-il un salaud ?
Le génie de l’écriture peut-il tout pardonner ?

La légende d’un Céline qui n’aurait collaboré que par des mots et non par des actes a perdu toute crédibilité suite à la brillante analyse de Pierre André Taguiev et Annick Duffour, Céline, la race, le Juif (Fayard). On apprend dans cet ouvrage de 1200 pages qu’en vérité Céline a participé à des réunions ou des meetings organisés par les milieux pro-nazis. Il a fréquenté des hauts responsables de la Gestapo, il a dénoncé, fait déporter et mourir des personnes juives et non juives, dont le poète Robert Desnos.
D’où l’affirmation des auteurs de cette enquête :
Ce qui nous sépare des célinistes cultivés, universitaires ou non, c’est d’abord que nous inscrivons le pamphlétaire Céline dans l’histoire de l’antisémitisme moderne.
Ensuite que nous lui accordons une importance majeure en tant que propagandiste antijuif charismatique. Son antisémitisme démonologique et apocalyptique par sa virulence et son caractère délirant reste sans équivalent dans le monde littéraire au 20ème siècle.

Taguiev fait le constat que les spécialistes de Céline, à quelques exceptions près, ne possèdent pas les connaissances requises pour commenter avec rigueur les écrits, les pamphlets, leur culture en la matière étant fragmentaire et de seconde main et surtout leurs intérêts étant ailleurs.

Ce sont ces constats cumulés qui nous ont conduits au projet de rédiger le présent ouvrage. Ce livre de 1200 pages, fruit d’un travail de recherche de quinze années, est une somme, le livre de référence que l’on attendait sur le cas Céline. Il croise la lecture des textes avec l’histoire intellectuelle et politique.

C’est de ce livre, de la lecture d’extraits de Bagatelles pour un massacre , de la polémique récente avec Gallimard, dont nous allons discuter après avoir visionné un film réalisé par Emmanuel Bourdieu avec Denis Lavant et Géraldine Pailhas.


Brèves

Israël : la Loi sur l’Etat-Nation contredit la Charte d’Indépendance

par Michel Kichka, 22 juillet 2018

Voici la traduction d’un texte que j’ai mis en ligne ce matin sur mon blog hébreu. Il permettra aux non hébraïsants de connaître ma position. […]

La Loi sur l’Etat-Nation a été votée par la Knesset en seconde et troisième lecture lors de sa dernière séance plénière avant les vacances d’été.
Cette loi est surtout l’expression de la grande faiblesse de ce gouvernement de droite sous la houlette de Bibi Netanyahou, dirigeant quatre fois élu du Likoud.
Cette loi aimerait se substituer au texte de la Déclaration d’Indépendance d’Israël qui fut publiée le 14 Mai 1948 dans le Journal Officiel et lue par Ben Gourion le 15 mai lors de la cérémonie historique de la création de l’Etat d’Israël. Texte qui a force de Constitution et de Loi.

Le texte de la nouvelle loi est la version « modérée » d’un texte initial et il est d’autant plus intéressant de connaître ce texte initial afin de mieux comprendre quel est l’agenda politique de la coalition majoritairement à droite au pouvoir.
Un agenda clair et transparent qui veut délégitimer le statut des arabes minoritaires en Israël et par la même occasion celui des israéliens de gauche qui sont, comme moi, pour la solution de deux pays pour deux peuples.

Le gouvernement de droite actuel est en quelque sorte la prolongation de l’idéologie de l’Irgoun, cet organisme illégal qui refusa le plan du partage de la Palestine en 1947 en deux états, Israël et la Palestine, considérant qu'Israël devait s’étendre aux deux rives du Jourdain.

En fait si l’Irgoun avait été aux commandes en 1947 il y a de fortes chances que l’Etat d’Israël n’eût pas existé.

Cette Loi d’Etat-Nation risque de transformer Israël en un état juif non démocratique. Une forme de sous-Apartheid, chose qui réjouirait les ennemis d’Israël, de sa souveraineté, de sa légitimité et de son existence, et parmi eux anti-sionistes et antisémites confondus qui accusent le sionisme de racisme. […]