Le président s'est abimé.

Denis Peschanski, 9 novembre 2018

Le président s'est abimé.

Il est étonnant qu'un président qui a accompagné Ricoeur dans son ouvrage sur l'histoire et la mémoire ait pu ainsi se tromper sur la bonne attitude à tenir. Je m'y attarde car ce qu'il a fait il y a deux jours était déjà dans le programme initial des commémorations et des hommages annoncé à la mi-octobre avant qu'une première intervention ait permis d'en faire un quasi non événement puisqu'il n'existait plus. Puis il a remis le couvert. Avec des conséquences qui, pourtant, se sont fait sentir immédiatement et qui ont été exactement celles qui étaient annoncées.

Reprenons quelques arguments :

  • Il est toujours compliqué de faire l'impasse sur l'itinéraire complet d'un individu.
  • A la Libération, l'individu a non seulement été condamné à mort (peine commuée) mais aussi à la dégradation nationale, dont celle de tous ses titres.
  • Depuis très longtemps, la mémoire de la guerre de 14 c'est la mémoire des combattants. On rend hommage aux soldats de base comme aux chefs, mais dans un ensemble volontairement indifférencié. Ironiquement on rappellera que Pétain lui-même, enterré, on le sait, à l'Île d'Yeu, souhaitait rejoindre ses hommes à Douaumont.
  • Dire qu'il fut un héros de la guerre de la Première Guerre ne peut vraiment plaider en sa faveur car c'est justement ce souvenir-là qui lui a permis de tromper largement les Français sur le sens de sa politique dite de Révolution nationale et sur le choix de la Collaboration.

Mais l'essentiel est ailleurs. On en trouve trace dans la référence qui est faite par De Gaulle lui-même en 1966 à Pétain, lors d'une cérémonie à Douaumont, et en 1968 aux 8 maréchaux, dont Pétain lui-même. Déjà De Gaulle est De Gaulle et, justement, il a construit sa légitimité contre celle affirmée de Pétain en 1940. En outre il faut écouter ces discours qui ne se résument pas à cela.

Mais surtout il y a un point de politique publique et un autre de politique mémorielle à retenir :
  • Jamais De Gaulle n'aurait accepté de se faire imposer un tel hommage par une partie de la hiérarchie militaire. Or c'est à elle qu'on doit la volonté affirmée et réaffirmée d'un tel hommage.
  • Plus encore, le président est passé à côté d'une évidence: la mémoire évolue dans l'histoire. Telle est le cas de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, la figure de la victime juive et la figure du résistant sont structurantes de la mémoire collective des Français, comme l'est la figure négative de Vichy. Tel est ce que j'appelle un régime mémoriel, sorte de configuration mémorielle qui se stabilise dans une certaine durée autour d'un grand récit largement partagé. Bien évidemment, le régime mémoriel d'aujourd'hui est très éloigné du régime mémoriel à l'oeuvre dans la deuxième moitié des années 1960. Le régime de Vichy était loin d'être au coeur de la mémoire française de la Seconde Guerre mondiale et la figure de Pétain était loin d'être unanimement noire, et surtout tachée comme elle l'est aujourd'hui par le choix assumé d'exclure les Juifs par le statut des Juifs, statut durci de sa main et, plus encore, d'accepter de cogérer l'organisation de la déportation des Juifs de France à partir du printemps 1942.

Pour avoir oublié curieusement la singularité des mécanismes mémoriels et pour avoir cédé à des hiérarques militaires qu'il avait souhaité, dans un premier temps, remettre à leur place, le président a fauté.


Brèves

Notre-Dame de Paris, vaisseau amiral des humanités

Par Catherine Kintzler, Mezetullele, 16 avril 2019

L’un des premiers articles de ce site (Mezetullele) fut consacré au glas qui résonna à la cathédrale de Paris, après l’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo en janvier 2015. Je n’oublierai jamais que le sombre et puissant bourdon sonna, oui, pour des « mécréants », signant ainsi, une nouvelle fois, l’inscription de Notre-Dame de Paris dans l’histoire nationale et universelle : ce monument au sens plein du terme appartient à tous. Il appartient à tous dorénavant de le célébrer et d’en prendre la relève.

Je n’oublie pas non plus que, quand j’entre dans une église de mon pays pour y voir quelque merveille, pour y goûter l’invitation à la sérénité, pour y vibrer à l’harmonie que de grands musiciens ont su faire entendre aussi bien à l’autel qu’au théâtre, personne ne me surveille pour voir si je me signe, personne ne me demande une quelconque génuflexion. Et cela est juste, car les œuvres, dans leur superbe auto-suffisance, n’ont pas besoin d’un directeur de conscience qui mette leur contemplation sous condition. Pour que chacun les admire, les inscrive aux humanités, les œuvres réclament quelques lumières, un peu d’attention et d’instruction. Alors, je m’incline librement et mentalement devant des siècles de pensée, de savoir, de savoir-faire offerts par ce trésor, cette « âme résumée » de civilisation dans un grandiose tracé de pierre, de bois et de verre rythmé par le nombre d’or.

Maintes fois, empruntant une ligne de métro qui, depuis un viaduc sur la Seine à l’Est de Paris, offre une vue sur l’élégante pointe orientale de l’île de la Cité, avec l’abside et le chevet de la cathédrale apparaissant alors comme un vaisseau, j’en ai voulu à mes compagnons éphémères de trajet de regarder ailleurs ou, pire, de rester les yeux rivés sur l’écran d’un candy crush. Je me retenais de leur crier : ouvrez les yeux, relevez la tête et tournez-la de ce côté !

Peut-être quelques-uns ce matin, en jetant un œil effaré sur le tableau encore fumant, auront-ils regret de n’avoir pas conservé en eux, pour redonner à Paris la gracieuse poupe de son vaisseau, le souvenir vivant de ce qu’ils avaient tous les jours sous les yeux. Et que ce vaisseau amiral des humanités, entamé par les flammes et battu par les flots, avec tout ce qu’il embarque et représente, ne sombre pas : c’est leur affaire, c’est notre affaire.