Semaine Mémoires et Résistances 2018
Déportation, Migrations, de l'exil à l'asile

Du 12 au 16 mars 2018
Espace Victor Schoelcher, Seyssins (Terminus tram C). Entrée libre

Programme complet de la semaine Mémoires et Résistances

Depuis plusieurs années, Michèle Ganem Gumpel représente le Cercle Bernard Lazare - Grenoble dans l'équipe d'élaboration du programme de la semaine Mémoires et Résistances. Cette année, elle a proposé la projection du film "Des spectres hantent l'Europe" de Maria Kourkouta et Niki Giannari.

Cette projection aura lieu le jeudi 15 mars à 18h30 à l'espace Victor Schoelcher à Seyssins, et sera présentée par Michèle Ganem Gumpel - Entrée libre

2016. L’attente interminable de milliers de réfugiés dans le camp d’Idomeni, au long des rails qui franchissent la frontière grécomacédonienne.
C’est un long témoignage visuel, chanté, parlé ; hommes, femmes et enfants vont et viennent dans la boue et le crépuscule hivernal.
Leur raison, notre « hantise » : le passage interdit des barbelés européens.
« Spectres » sous la pluie, obstinés à vivre là leur faim, leur soif, leur épuisement.
« Avec un désir / que rien ne peut vaincre / ni l’exil, ni l’enfermement / ni la mort /... / seulement passer ».

-->

Couleur des images numériques, noir et blanc du final tourné en 16 mm avec en texte off la voix de Lena Platonos.
Ce film est beau, qui nous fait éprouver pas à pas la vie précaire et l’intense volonté de liberté et de dignité des migrants.


Brèves

Denis Peschanski

Facebook, 9 novembre, 12 h

Le président s'est abimé.

Il est étonnant qu'un président qui a accompagné Ricoeur dans son ouvrage sur l'histoire et la mémoire ait pu ainsi se tromper sur la bonne attitude à tenir. Je m'y attarde car ce qu'il a fait il y a deux jours était déjà dans le programme initial des commémorations et des hommages annoncé à la mi-octobre avant qu'une première intervention ait permis d'en faire un quasi non événement puisqu'il n'existait plus. Puis il a remis le couvert. Avec des conséquences qui, pourtant, se sont fait sentir immédiatement et qui ont été exactement celles qui étaient annoncées.

Reprenons quelques arguments :

Mais l'essentiel est ailleurs. On en trouve trace dans la référence qui est faite par De Gaulle lui-même en 1966 à Pétain, lors d'une cérémonie à Douaumont, et en 1968 aux 8 maréchaux, dont Pétain lui-même. Déjà De Gaulle est De Gaulle et, justement, il a construit sa légitimité contre celle affirmée de Pétain en 1940. En outre il faut écouter ces discours qui ne se résument pas à cela. Mais surtout il y a un point de politique publique et un autre de politique mémorielle à retenir :

Pour avoir oublié curieusement la singularité des mécanismes mémoriels et pour avoir cédé à des hiérarques militaires qu'il avait souhaité, dans un premier temps, remettre à leur place, le président a fauté.