Danse et Partage,
Accueil de la troupe de danse Jérusalem plurielle au plateau Mistral

Les 12 et 13 mars 2018

Regarder la vidéo Danse et Partage , 13 mars 2018

Le cercle Bernard Lazare - Grenoble accueillera la troupe de danse Jérusalem plurielle, pour un spectacle et une rencontre avec des jeunes danseurs dans le quartier de Mistral. Jérusalem plurielle est en lien avec l’association israélienne Beith Ham de Henri Cohen-Solal, qui entretient depuis longtemps une relation privilégiée avec notre département. Beith Ham, association qui a essaimé dans divers pays, dont la France, a mis en œuvre un dispositif d’accueil de jeunes en difficulté inédit, qui constitue une réponse originale, innovante et institutionnelle à l’exclusion sociale. À Jérusalem, elle accueille, sans distinction d’origine ni de religion, des adolescents qui y trouvent un lieu de soutien psychologique mais aussi de rencontre et d’échange. Depuis 2003, de nombreux jeunes, danseurs, musiciens ou sportifs sont venus à Grenoble dans le cadre de Beith Ham et de Jérusalem plurielle avec le soutien du Conseil départemental.

La troupe accueillie cette année est formée d’une douzaine de jeunes citoyennes israéliennes de nationalité arabe de 14 à 18 ans, dans le cadre d’une tournée à Aubervilliers, Sarcelles, Paris et Grenoble. Ces jeunes filles sont originaires du village d’Abu Gosh, proche de Jérusalem, à l’intérieur des frontières d’Israël internationalement reconnues.

Le spectacle donné par de jeunes arabes israéliennes dans un quartier considéré comme sensible, contribuera à la déconstruction des préjugés. Il aidera à la compréhension par des jeunes, souvent mal informés, qu’il est possible d’être arabe en Israël, leur permettant de réaliser que le monde est plus complexe que les représentations sommaires qu’ils s’en font souvent.

Trois rendez-vous

  • Soirée d'accueil lundi 12 mars à 18h30 à Amal, musique, danse et buffet
  • Réception à la Maison de l'International, mardi 13 mars à 11h30
  • Accueil au Plateau Mistral, mardi 13 mars à partir de 18h, danse et buffet

Mistral a déjà accueilli en 2015 une équipe de jeunes footballers originaires d'Abu Gosh. Une amitié qui se consolide.

article DL

Les partenaires de ce projet sont

  • Le Cercle Bernard Lazare - Grenoble
  • Le Plateau Mistral
  • Amal
  • L'Association des Tunisiens de l'Isère, Citoyens des deux Rives
  • La Ville de Grenoble
  • Le Conseil Départemantal de l'Isère
logo Cbl-G Plateau Mistral logo Amal logo ATI_CDR logo VdG logo CDI

Brèves

Denis Peschanski

Facebook, 9 novembre, 12 h

Le président s'est abimé.

Il est étonnant qu'un président qui a accompagné Ricoeur dans son ouvrage sur l'histoire et la mémoire ait pu ainsi se tromper sur la bonne attitude à tenir. Je m'y attarde car ce qu'il a fait il y a deux jours était déjà dans le programme initial des commémorations et des hommages annoncé à la mi-octobre avant qu'une première intervention ait permis d'en faire un quasi non événement puisqu'il n'existait plus. Puis il a remis le couvert. Avec des conséquences qui, pourtant, se sont fait sentir immédiatement et qui ont été exactement celles qui étaient annoncées.

Reprenons quelques arguments :

Mais l'essentiel est ailleurs. On en trouve trace dans la référence qui est faite par De Gaulle lui-même en 1966 à Pétain, lors d'une cérémonie à Douaumont, et en 1968 aux 8 maréchaux, dont Pétain lui-même. Déjà De Gaulle est De Gaulle et, justement, il a construit sa légitimité contre celle affirmée de Pétain en 1940. En outre il faut écouter ces discours qui ne se résument pas à cela. Mais surtout il y a un point de politique publique et un autre de politique mémorielle à retenir :

Pour avoir oublié curieusement la singularité des mécanismes mémoriels et pour avoir cédé à des hiérarques militaires qu'il avait souhaité, dans un premier temps, remettre à leur place, le président a fauté.