Danse et Partage,
Accueil de la troupe de danse Jérusalem plurielle au plateau Mistral

Les 12 et 13 mars 2018

Regarder la vidéo Danse et Partage , 13 mars 2018

Le cercle Bernard Lazare - Grenoble accueillera la troupe de danse Jérusalem plurielle, pour un spectacle et une rencontre avec des jeunes danseurs dans le quartier de Mistral. Jérusalem plurielle est en lien avec l’association israélienne Beith Ham de Henri Cohen-Solal, qui entretient depuis longtemps une relation privilégiée avec notre département. Beith Ham, association qui a essaimé dans divers pays, dont la France, a mis en œuvre un dispositif d’accueil de jeunes en difficulté inédit, qui constitue une réponse originale, innovante et institutionnelle à l’exclusion sociale. À Jérusalem, elle accueille, sans distinction d’origine ni de religion, des adolescents qui y trouvent un lieu de soutien psychologique mais aussi de rencontre et d’échange. Depuis 2003, de nombreux jeunes, danseurs, musiciens ou sportifs sont venus à Grenoble dans le cadre de Beith Ham et de Jérusalem plurielle avec le soutien du Conseil départemental.

La troupe accueillie cette année est formée d’une douzaine de jeunes citoyennes israéliennes de nationalité arabe de 14 à 18 ans, dans le cadre d’une tournée à Aubervilliers, Sarcelles, Paris et Grenoble. Ces jeunes filles sont originaires du village d’Abu Gosh, proche de Jérusalem, à l’intérieur des frontières d’Israël internationalement reconnues.

Le spectacle donné par de jeunes arabes israéliennes dans un quartier considéré comme sensible, contribuera à la déconstruction des préjugés. Il aidera à la compréhension par des jeunes, souvent mal informés, qu’il est possible d’être arabe en Israël, leur permettant de réaliser que le monde est plus complexe que les représentations sommaires qu’ils s’en font souvent.

Trois rendez-vous

  • Soirée d'accueil lundi 12 mars à 18h30 à Amal, musique, danse et buffet
  • Réception à la Maison de l'International, mardi 13 mars à 11h30
  • Accueil au Plateau Mistral, mardi 13 mars à partir de 18h, danse et buffet

Mistral a déjà accueilli en 2015 une équipe de jeunes footballers originaires d'Abu Gosh. Une amitié qui se consolide.

article DL

Les partenaires de ce projet sont

  • Le Cercle Bernard Lazare - Grenoble
  • Le Plateau Mistral
  • Amal
  • L'Association des Tunisiens de l'Isère, Citoyens des deux Rives
  • La Ville de Grenoble
  • Le Conseil Départemantal de l'Isère
logo Cbl-G Plateau Mistral logo Amal logo ATI_CDR logo VdG logo CDI

Brèves

Israël : la Loi sur l’Etat-Nation contredit la Charte d’Indépendance

par Michel Kichka, 22 juillet 2018

Voici la traduction d’un texte que j’ai mis en ligne ce matin sur mon blog hébreu. Il permettra aux non hébraïsants de connaître ma position. […]

La Loi sur l’Etat-Nation a été votée par la Knesset en seconde et troisième lecture lors de sa dernière séance plénière avant les vacances d’été.
Cette loi est surtout l’expression de la grande faiblesse de ce gouvernement de droite sous la houlette de Bibi Netanyahou, dirigeant quatre fois élu du Likoud.
Cette loi aimerait se substituer au texte de la Déclaration d’Indépendance d’Israël qui fut publiée le 14 Mai 1948 dans le Journal Officiel et lue par Ben Gourion le 15 mai lors de la cérémonie historique de la création de l’Etat d’Israël. Texte qui a force de Constitution et de Loi.

Le texte de la nouvelle loi est la version « modérée » d’un texte initial et il est d’autant plus intéressant de connaître ce texte initial afin de mieux comprendre quel est l’agenda politique de la coalition majoritairement à droite au pouvoir.
Un agenda clair et transparent qui veut délégitimer le statut des arabes minoritaires en Israël et par la même occasion celui des israéliens de gauche qui sont, comme moi, pour la solution de deux pays pour deux peuples.

Le gouvernement de droite actuel est en quelque sorte la prolongation de l’idéologie de l’Irgoun, cet organisme illégal qui refusa le plan du partage de la Palestine en 1947 en deux états, Israël et la Palestine, considérant qu'Israël devait s’étendre aux deux rives du Jourdain.

En fait si l’Irgoun avait été aux commandes en 1947 il y a de fortes chances que l’Etat d’Israël n’eût pas existé.

Cette Loi d’Etat-Nation risque de transformer Israël en un état juif non démocratique. Une forme de sous-Apartheid, chose qui réjouirait les ennemis d’Israël, de sa souveraineté, de sa légitimité et de son existence, et parmi eux anti-sionistes et antisémites confondus qui accusent le sionisme de racisme. […]