Rassemblement à l'appel du collectif du 11 janvier 2015
le 11 janvier 2020 à 14 heures, place Notre Dame

NOUS SOMMES TOUJOURS CHARLIE !

Rassemblement samedi 11 janvier à 14 h place Notre Dame, Grenoble

Cinq ans après le 11 janvier 2015, le Cercle Laïque de l’Agglomération Grenobloise, Le Cercle Bernard Lazare – Grenoble, la LDH-Grenoble-Métropole, la Licra, la LDH-Iran, ERE, l'UFAL, le Mouvement de la Paix et le Printemps Républicain-Grenoble, suite à l’appel national du « collectif du 11 janvier », invitons les citoyennes et les citoyens, les associations, les partis républicains laïques et humanistes à un rassemblement pour réaffirmer notre attachement à la liberté d’expression, de pensée, de conscience, et à la solidarité au sein de notre République « indivisible, sociale et laïque »

Appel National (extraits)

Il y a cinq ans, des millions de citoyens se rassemblaient pour affirmer leur solidarité avec Charlie Hebdo, les morts de l’hyper casher et les policiers, tous assassinés au nom de l’obscurantisme et du terrorisme islamiste. Depuis cinq ans, d’autres attentats et d’autres tueries se sont ajoutées à celles-là. Nous n’oublions aucun mort ni aucun blessé depuis ceux de 2012 à Toulouse et à Montauban.

C’est pourquoi le Collectif du 11 janvier appelle à un grand rassemblement national le samedi 11 janvier 2020 dans toutes les villes de France.

Nous proposons donc à toutes les citoyennes et tous les citoyens français, partout où ils se trouvent, sans distinction d’origine, de sexe, d’appartenance religieuse ou philosophique de se joindre à nous.
Témoignons ensemble de notre attachement à la liberté de conscience, à la liberté d’expression, à l’émancipation, à l’égalité des femmes et des hommes ; en un mot, à l’universalisme de la République Française.

Rejoignez notre appel, relayez-le, et de toutes parts, citoyennes, citoyens, convergez vers les places ou les rues de la République, elles vous appartiennent, elles vous appellent.

Le 11 janvier, il n’y aura qu’un mot d’ordre :
« je suis Charlie, je suis … la République »

Le collectif du 11 janvier

Soutiens (au 08/01) : CIIP, J. P. Andrevon, Collectif Résistance Universelle, Ligue de l'Enseignement …

article Dauphiné Libéré

Brèves

Tribune Collective (Publié le 30 janvier 2020) :

« Le plan Trump est une feuille de route vers la catastrophe »

la tribune de 14 personnalités israéliennes

En tant qu’Israéliens résolus à promouvoir la paix pour notre pays et nos voisins palestiniens, nous affirmons notre opposition fondamentale au plan de l’Administration Trump pour le conflit israélo-palestinien.

Ce plan, loin de résoudre le conflit, va l’approfondir et le perpétuer en instaurant un niveau d’inégalité jamais vu depuis l’Afrique du Sud au temps de l’Apartheid. En réalité, il s’agit d’un « plan Bantustan », qui vise à enfermer les Palestiniens à l’intérieur de poches contrôlées par Israël.

Nous en appelons à l’Europe : rejetez le plan Trump.

Il est significatif que le plan soit imposé aux Palestiniens. Le président des États-Unis, Donald Trump, et le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, agissent à la manière de deux loups qui négocient la meilleure manière de manger un mouton. Désinhibé par Trump, Netanyahu a déjà déclaré son intention de lancer formellement l’annexion de la Vallée du Jourdain et des colonies en Cisjordanie. Tout ceci est diamétralement opposé au droit international et aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, en particulier la résolution 2334. C’est pourquoi nous sommes profondément alarmés par la faiblesse des premières réponses de l’Union européenne, qui décrit le plan Trump comme « une occasion » de relancer les négociations de paix.

Le plan n’est pas une opportunité, mais une feuille de route vers l’Apartheid 2.0. Il n’amènera ni la paix, ni une solution à deux Etats viable. La direction palestinienne ne peut que le rejeter.

Nous en appelons à l’Europe : rejetez le plan Trump. Et commencez à prendre des mesures sérieuses contre l’annexion de la Palestine. Maintenant, avant qu’il soit trop tard.

Signataires :

Professeur Zeev Sternhell, lauréat du prix Israël (2008) ;

Professeur Eli Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël en France ;

Professeur David Shulman, lauréat du prix Israël (2016) et du prix EMET (2010) ;

Ilan Baruch, ancien ambassadeur d’Israël en Afrique du Sud, en Namibie, au Boswana et au Zimbabwe ;

Professeur Michael Ben-Yair, ancien avocat général d’Israël et ancien juge à la Cour suprême ;

Avraham Burg, ancien président de la Knesset et ancien directeur de l’Agence juive ;

Zehava Gal-On, ancienne membre de la Knesset et ancienne présidente du Meretz ;

Professeur David Harel, vice-président de l’Académie israélienne des sciences et des humanités, lauréat du Prix Israël (2004) ;

Professeur Moty Heiblum, lauréat du prix EMET (2014), membre de l’Académie israélienne des sciences et des humanités ;

Miki Kratsman, lauréat du prix EMET (2011) ;

Alex Levac, lauréat du Prix Israël (2015) ;

Dr. Alon Liel, ancien directeur général du ministère des Affaires étrangères, ancien ambassadeur en Afrique du Sud et en Turquie ;

Mossi Raz, ancien membre de la Knesset ;

Michal Rozin, ancienne membre de la Knesset.