Colloque international: Les Juifs dans les Alpes (1938-1945), Exodes, Persécutions, Résistances

organisé par
  • l'Université Pierre Mendès France (CRHIPA)
  • l'Institut d'Etudes politiques de Grenoble (PACTE-CERAT)
  • avec la collaboration du Crif et du Cercle Bernard Lazare - Grenoble

les 9 et 10 décembre 2004 à Grenoble (Maison des Sciences de l'Homme-Alpes)

sous la présidence de René Rémond
Président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques

Programme

Jeudi 9 décembre

Lieu : Maison des Sciences de l'Homme-Alpes

Matin (9h30-12h30) : Ouverture :
Ville de Grenoble-UPMF - CIE-Piemonte-IEP-CHRIPA-PACTE (Michel Destot (sous réserve), Claude Courlet, Antonio Monticelli, Pierre Bréchon, Gilles Bertrand, Pierre Kukawka, Jean-William Dereymez)

Les politiques à l'égard des Juifs en Italie, France et Suisse
Présidence : Jean-Jacques Becker, Gianni Perona

  • Henry Huttenbach : Analyse comparative de trois types de politique envers les Juifs (Italie, France, Suisse)
  • Michele Sarfatti : Caratteristiche della legislazione antiebraica dell'Italia fascista
  • Jean-Baptiste Gabbero-Adamski, Jean-Philippe Gonenç : Les Statuts des Juifs en France
  • Marc Perrenoud : La Suisse face aux réfugiés juifs (1938-1945)

Après-midi (14h30-17h30) : Les Alpes, refuge ou piège ?

Rafles et arrestations
Présidence : Jean-Louis Panicacci, Pierre Kukawka

  • Paolo Veziano : Ebrei stranieri tra leggi razziali italiane e politica d'accoglienza francese
  • François Boulet : Préfets et gendarmes français dans les Alpes face aux Juifs réfugiés (1940-1944)
  • Jean-William Dereymez : Le recensement des Juifs en Isère
  • Cédric Brunier : Les rafles d'août 1942 en Savoie et le camp de Ruffieux
  • Tal Bruttmann : Histoire locale, cadre global : l'occupation allemande et l'application de la "solution finale" en Isère
  • Jean Kleinmann : Les Juifs étrangers dans les Alpes-Maritimes, 1938-1944

Soir (19h-19h25) : Projection du film Oublie ton nom !
(présenté par les membres du CBL dont Michèle Ganem Gumpel) Présidence : CBL-CRIF, Rolande Trempé

Vendredi 10 décembre

Lieu : Maison des Sciences de l'Homme-Alpes

Matin (9h30-12h30) : Sauvetages et Résistances juives

Présidence : René Rémond, Christian Sorrel

  • Ruth Fivaz-Silbermann : Par la porte de secours. La fuite des Juifs en Suisse dans l'après-8 septembre 1943
  • Limore Yagil : Désobéissance civile : des Français et des Suisses qui sauvèrent des Juifs à la frontière
  • Michèle Ganem Gumpel : Oser Warszarwski. La traversée des Alpes d'un écrivain juif polonais
  • Jean-Louis Panicacci : Les Juifs dans la Résistance azuréenne
  • Rolande Trempé : Figures de la MOI dans les Alpes
  • Andrea Villa : Prisonniers de l'espoir : les Juifs dans le Sud du Piémont, depuis le refuge jusqu'à l'émigration clandestine en Palestine (1938 - 1948)

Après-midi (14h30-17h30 : Mémoire de la persécution des Juifs dans les Alpes

Présidence : Gilles Bertrand, Michele Sarfatti

  • Robert Redeker : La mémoire et l'enjeu des mots
  • Paola Bertilotti : Mémoires juives des persécutions antisémites fascistes et nazies en Italie (1944-1961)
  • Karin Dupinay-Bedford : Les Déportés juifs et les associations de rescapés en Isère. Occultations et dévoilements
  • Michèle Merowka : De l'amnésie à la mémoire : lieux d'anamnèse dans les Alpes-Maritimes
  • Jean-Yves Boursier : Temps et politiques de la mémoire

Conclusion générale : René Rémond

Haut de page

Brèves

Joann Sfar
Affaire Sarah Halimi

OPINIONS
JOANN SFAR SUR L'AFFAIRE SARAH HALIMI : L'ANTISÉMITISME EST OBJECTIVEMENT DEVENU UNE CIRCONSTANCE ATTÉNUANTE
21 DÉCEMBRE 2019 6 MINUTES DE LECTURE

Depuis hier recircule sur Facebook un post de Joann Sfar daté de 2017, réaction de l’écrivain, auteur de bd et réalisateur, au premier jugement du meurtrier de Sarah Halimi, alors que le parquet avait choisi de ne pas retenir la motivation antisémite des motifs de mise en examen.

Contacté par Jewpop à la suite de la décision de la cour d’appel de Paris, qui a déclaré jeudi le tueur pénalement irresponsable, écartant ainsi la possibilité de le juger aux assises comme le réclamaient les proches de la victime, Joann Sfar nous a demandé de joindre à son texte de 2017 les précisions suivantes, à titre d’exergue :

Ceci est un ancien texte, publié à l’occasion du premier jugement de l’affaire Halimi. À l’époque, la justice réfutait la circonstance aggravante d’antisémitisme. Aujourd’hui, il y a du progrès, l’antisémitisme est objectivement devenu une circonstance atténuante. Un chauffard sous l’emprise du cannabis relève des tribunaux, pas un tueur de juive, semble-t-il. Le message aux juifs est limpide.

Le texte publié sur la page Facebook de Joann Sfar en 2017

Le truc, c’est que lorsque tu es juif, tu n’oses jamais dire que quoi que ce soit relève de l’antisémitisme parce que tu as peur qu’on te dise que tu pleurniches. Je ne connais l’affaire Sarah Halimi que par ce que les médias en disent. Si j’ai bien compris, un type traitait la dame juive de son immeuble de sale juive à chaque fois qu’il la voyait. Puis une nuit il pète un câble, il met la misère dans tout l’immeuble puis il s’enferme avec la dame. Il la massacre pendant des heures. La police est dans l’immeuble et n’intervient pas. Il hurle Allah hou Akbar tant qu’il peut puis il la jette par la fenêtre et elle meurt. Le type n’a jamais eu d’antécédents psychiatriques mais on le met quand même à l’asile. Si j’avais mauvais esprit, je dirais qu’en période électorale c’était peut-être une façon de s’acheter à peu de frais la paix civile.

On apprend aujourd’hui que le tribunal ne considère pas qu’il s’agit d’un crime antisémite. Finalement je ne suis pas juriste, je n’y connais rien. Il paraît que le coupable a affirmé que son motif n’était pas anti juif. C’était quoi, son motif ? Ça ne me regarde pas. Par contre, je commence à me demander ce que ça serait, un crime anti juif ? Si traiter une dame de sale juive puis la massacrer et la défenestrer ça ne suffit pas, il faut faire quoi ?

J’ai honte que ça soit toujours des juifs qui se trouvent à écrire qu’à force de vouloir éviter de faire des vagues nos forces de l’ordre nous donnent parfois l’impression qu’on gène. Je suis le moins communautaire du monde. Je suis le premier que ça énerve, quand des gens utilisent leur ethnie ou leur religion pour se faire plaindre. Mais là, c’est dur. On a un sentiment de « circulez y a rien à voir » qui me semble dangereux. À force de ne rien voir, j’ai le sentiment qu’on peut susciter des vocations. Ou alors il y a une circonstance atténuante de bêtise ? Je me souviens qu’on disait ça au moment du « gang des barbares ». On disait qu’ils étaient tellement bêtes qu’ils ne se rendaient pas compte.

Peut-être que je me trompe complètement. Qu’est ce qui se produit, en moi, lorsque j’ai honte d’écrire ces lignes ? Je déteste parler « en tant que juif ». On ne devrait pas avoir à le faire. Pour calmer les esprits, je suggère au tribunal d’édicter une jurisprudence claire et d’affirmer haut et fort qu’un crime antisémite, ça n’existe pas. Je crois que ça soulagerait beaucoup de monde. Ça nous évitera de nous creuser la tête à nous demander ce que l’assassin aurait pu faire de plus pour que le tribunal décèle dans son geste un soupçon de haine contre les juifs.

Joann Sfar