Agenda 2006 du Cercle Bernard Lazare - Grenoble

Site du Cbl-Grenoble : https://www.cbl-grenoble.org/

Jeudi 2 février 2006 à 20h00

Conférence de Philippe Oriol, historien, spécialiste de l'Affaire Dreyfus
Centenaire de la réhabilitation du capitaine Dreyfus au Centre Culturel Juif, Grenoble
A l'occasion de cette conférence, le Cbl-Grenoble présentera une exposition sur l'Affaire Dreyfus

En partenariat avec Le Centre Culturel Juif

Lundi 6 mars 2006 à 20 h

Présentation de l'oeuvre de Imre Kertész, prix Nobel de littérature 2002
à l'initiative de l'Association France-Hongrie, à la Maison des Associations
Grâce à l'aimable autorisation du conférencier et de l'Association France Hongrie Dauphiné
vous trouverez ici les notes du conférencier

En partenariat avec l'Association France - Hongrie

Mercredi 8 mars 2006

Journée internationale des Femmes : Friedl Dicker-Brandeis
A l'occasion de la Journée Internationale des Femmes 2006,
le Cbl - Grenoble présentera Friedl Dicker-Brandeis, une artiste juive
qui a mis son art et sa pédagogie au service de la lutte contre le nazisme

Cette présentation aura lieu dans le hall de la Mairie de Grenoble, le 8 mars 2006 de 14h à 18h.

mercredi 15 mars 2006 à 20 heures

Rencontre avec Mossi Raz
Après la victoire du Hamas, avant les élections en Israël

En partenariat avec Les Amis de La Paix Maintenant, l'AJP, l'Association AMAL

Samedi 18 mars 2006

Les communautarismes, semaine antiraciste 2006, Maison des Associations.
avec : Dominique Sopo, Président de SOS-Racisme
Saïd Bouaïssi, membre du bureau de « La paix maintenant »
Joëlle Bordet, psychosociologue
et Alain Geismar, conseiller à la mairie de Paris.

En partenariat avec SOS-Racisme

Lundi 25 septembre 2006 à 20 heures

Débat : Vivre ensemble dans la diversité : le rôle de la laïcité
à Grenoble International, 24 place Paul Vallier, Grenoble
Tewfik Allal, coordinateur du Manifetse des Libertés
Chahla Chafiq-Beski, écrivaine, signataire du Manifeste des Libertés
Philippe Namias, Laïcité - Ecologie - Association
  • En partenariat avec
    • Laïcité-Ecologie-Association
    • La ligue des Droits de l'Homme, section de Grenoble
    • La Ligue pour la Défense des Droits de l'Homme en Iran
  • Et avec le soutien de l'Association Amal

Jeudi 28 septembre 2006 à 18h30, Rencontre avec

  • Adolfo Kaminsky, résistant de l'ombre, et
  • Anne-Marie Mingat, résistante, Juste parmi les nations
Salle des Archives, rue Auguste Prudhomme, Grenoble
Kaminsky, sauveur de milliers d'enfants à l'aide des faux papiers qu'il fabriquait.

En partenariat avec le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, Maison des Droits de l'Homme

Mercredi 11 octobre à 18h30

Georges Bensoussan, professeur d'Histoire, responsable d'Editorial au Mémorial de la Shoah
Salle des Archives, 2, rue Auguste Prudhomme, Grenoble
présentera son livre : Europe, une passion génocidaire

En partenariat avec le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, Maison des Droits de l'Homme

Mercredi 8 novembre 2006 à 20h30

Douzième festival de culture juive du Cbl-Grenoble, automne 2006

Lundi 20 novembre 2006 à 18h30

Conférence-débat par Daniel Halpérin, président de la fondation Korczak
Janusz Korczak, premier défenseur des Droits de l'Enfant
Salle des Archives, 2, rue Auguste Prudhomme, Grenoble

En partenariat avec le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, Maison des Droits de l'Homme

Mercredi 29 novembre 2006 de 18h à 22h

Table ronde : La défense de Dreyfus
à la Maison de l'Avocat, place Firmin Gautier
  • Vincent Duclert, historien
  • Philippe Oriol, éditeur des cahiers du capitaine Dreyfus
  • Simon Epstein, chercheur au Centre International de Recherche contre l'Antisémitisme à Jérusalem

En partenariat avec Le Crif - Grenoble-Isère, La Maison des Droits de l'Homme et L'Ordre des Avocats

Ca vous concerne obligatoirement

Ca vous concerne obligatoirement
Haut de page

Brèves

Notre-Dame de Paris, vaisseau amiral des humanités

Par Catherine Kintzler, Mezetullele, 16 avril 2019

L’un des premiers articles de ce site (Mezetullele) fut consacré au glas qui résonna à la cathédrale de Paris, après l’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo en janvier 2015. Je n’oublierai jamais que le sombre et puissant bourdon sonna, oui, pour des « mécréants », signant ainsi, une nouvelle fois, l’inscription de Notre-Dame de Paris dans l’histoire nationale et universelle : ce monument au sens plein du terme appartient à tous. Il appartient à tous dorénavant de le célébrer et d’en prendre la relève.

Je n’oublie pas non plus que, quand j’entre dans une église de mon pays pour y voir quelque merveille, pour y goûter l’invitation à la sérénité, pour y vibrer à l’harmonie que de grands musiciens ont su faire entendre aussi bien à l’autel qu’au théâtre, personne ne me surveille pour voir si je me signe, personne ne me demande une quelconque génuflexion. Et cela est juste, car les œuvres, dans leur superbe auto-suffisance, n’ont pas besoin d’un directeur de conscience qui mette leur contemplation sous condition. Pour que chacun les admire, les inscrive aux humanités, les œuvres réclament quelques lumières, un peu d’attention et d’instruction. Alors, je m’incline librement et mentalement devant des siècles de pensée, de savoir, de savoir-faire offerts par ce trésor, cette « âme résumée » de civilisation dans un grandiose tracé de pierre, de bois et de verre rythmé par le nombre d’or.

Maintes fois, empruntant une ligne de métro qui, depuis un viaduc sur la Seine à l’Est de Paris, offre une vue sur l’élégante pointe orientale de l’île de la Cité, avec l’abside et le chevet de la cathédrale apparaissant alors comme un vaisseau, j’en ai voulu à mes compagnons éphémères de trajet de regarder ailleurs ou, pire, de rester les yeux rivés sur l’écran d’un candy crush. Je me retenais de leur crier : ouvrez les yeux, relevez la tête et tournez-la de ce côté !

Peut-être quelques-uns ce matin, en jetant un œil effaré sur le tableau encore fumant, auront-ils regret de n’avoir pas conservé en eux, pour redonner à Paris la gracieuse poupe de son vaisseau, le souvenir vivant de ce qu’ils avaient tous les jours sous les yeux. Et que ce vaisseau amiral des humanités, entamé par les flammes et battu par les flots, avec tout ce qu’il embarque et représente, ne sombre pas : c’est leur affaire, c’est notre affaire.