Assassinat de Ilan Halimi
communiqué du Cercle Bernard Lazare - Grenoble,
le 25 février 2005

Les dernières informations concernant les tortures mortelles infligées à Ilan Halimi montrent que ce qui a d'abord été présenté comme un fait divers crapuleux est en réalité un meurtre antisémite.

Lors des perquisitions, ont été découverts des documents de soutien au comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens, affilié au Hamas, ainsi que des prescriptions de caractère salafiste, doctrine islamiste fondamentaliste.

Cette idéologie, aujourd'hui meurtrière, nous avons pu en repérer les effets nocifs dans les établissements scolaires. Les intrusions de la politique, voire de la propagande orchestrée, entraînent le développement de comportements d'antisémitisme, de racisme et de sexisme, comme en témoigne l'assassinat de Sohane, brûlée vive.

La lâcheté, le laxisme, l'ignorance, l'indifférence ont laissé se développer une atmosphère délétère aussi bien au sein de l'Ecole que dans la société : en particulier, l'antisémitisme n'est que rarement reconnu ou sanctionné comme tel. L'habitude est de minimiser, voire de dissimuler la dimension antijuive patente de nombreuses conduites, par peur d'être accusé de racisme ou d'islamophobie, ou d'enflammer les banlieues.

L'étonnante indulgence dont ont fait preuve les médias et la justice à l'égard des provocations antijuives de Dieudonné, les relaxes systématiques dont il bénéficie encouragent la banalisation de la haine, les replis communautaristes, et des dérives encore plus graves.

Les appels au meurtre dans le monde arabe, par la télévision, par Internet, bénéficient de relais innombrables dans l'hexagone.

Tous les Français sont concernés. Ils doivent exiger des responsables du gouvernement qu'ils fassent respecter les principes qui sont à la base de la loi républicaine, et prennent des mesures susceptibles d'agir sur le terreau qui donne naissance à cette barbarie.


Brèves

Joann Sfar
Affaire Sarah Halimi

OPINIONS
JOANN SFAR SUR L'AFFAIRE SARAH HALIMI : L'ANTISÉMITISME EST OBJECTIVEMENT DEVENU UNE CIRCONSTANCE ATTÉNUANTE
21 DÉCEMBRE 2019 6 MINUTES DE LECTURE

Depuis hier recircule sur Facebook un post de Joann Sfar daté de 2017, réaction de l’écrivain, auteur de bd et réalisateur, au premier jugement du meurtrier de Sarah Halimi, alors que le parquet avait choisi de ne pas retenir la motivation antisémite des motifs de mise en examen.

Contacté par Jewpop à la suite de la décision de la cour d’appel de Paris, qui a déclaré jeudi le tueur pénalement irresponsable, écartant ainsi la possibilité de le juger aux assises comme le réclamaient les proches de la victime, Joann Sfar nous a demandé de joindre à son texte de 2017 les précisions suivantes, à titre d’exergue :

Ceci est un ancien texte, publié à l’occasion du premier jugement de l’affaire Halimi. À l’époque, la justice réfutait la circonstance aggravante d’antisémitisme. Aujourd’hui, il y a du progrès, l’antisémitisme est objectivement devenu une circonstance atténuante. Un chauffard sous l’emprise du cannabis relève des tribunaux, pas un tueur de juive, semble-t-il. Le message aux juifs est limpide.

Le texte publié sur la page Facebook de Joann Sfar en 2017

Le truc, c’est que lorsque tu es juif, tu n’oses jamais dire que quoi que ce soit relève de l’antisémitisme parce que tu as peur qu’on te dise que tu pleurniches. Je ne connais l’affaire Sarah Halimi que par ce que les médias en disent. Si j’ai bien compris, un type traitait la dame juive de son immeuble de sale juive à chaque fois qu’il la voyait. Puis une nuit il pète un câble, il met la misère dans tout l’immeuble puis il s’enferme avec la dame. Il la massacre pendant des heures. La police est dans l’immeuble et n’intervient pas. Il hurle Allah hou Akbar tant qu’il peut puis il la jette par la fenêtre et elle meurt. Le type n’a jamais eu d’antécédents psychiatriques mais on le met quand même à l’asile. Si j’avais mauvais esprit, je dirais qu’en période électorale c’était peut-être une façon de s’acheter à peu de frais la paix civile.

On apprend aujourd’hui que le tribunal ne considère pas qu’il s’agit d’un crime antisémite. Finalement je ne suis pas juriste, je n’y connais rien. Il paraît que le coupable a affirmé que son motif n’était pas anti juif. C’était quoi, son motif ? Ça ne me regarde pas. Par contre, je commence à me demander ce que ça serait, un crime anti juif ? Si traiter une dame de sale juive puis la massacrer et la défenestrer ça ne suffit pas, il faut faire quoi ?

J’ai honte que ça soit toujours des juifs qui se trouvent à écrire qu’à force de vouloir éviter de faire des vagues nos forces de l’ordre nous donnent parfois l’impression qu’on gène. Je suis le moins communautaire du monde. Je suis le premier que ça énerve, quand des gens utilisent leur ethnie ou leur religion pour se faire plaindre. Mais là, c’est dur. On a un sentiment de « circulez y a rien à voir » qui me semble dangereux. À force de ne rien voir, j’ai le sentiment qu’on peut susciter des vocations. Ou alors il y a une circonstance atténuante de bêtise ? Je me souviens qu’on disait ça au moment du « gang des barbares ». On disait qu’ils étaient tellement bêtes qu’ils ne se rendaient pas compte.

Peut-être que je me trompe complètement. Qu’est ce qui se produit, en moi, lorsque j’ai honte d’écrire ces lignes ? Je déteste parler « en tant que juif ». On ne devrait pas avoir à le faire. Pour calmer les esprits, je suggère au tribunal d’édicter une jurisprudence claire et d’affirmer haut et fort qu’un crime antisémite, ça n’existe pas. Je crois que ça soulagerait beaucoup de monde. Ça nous évitera de nous creuser la tête à nous demander ce que l’assassin aurait pu faire de plus pour que le tribunal décèle dans son geste un soupçon de haine contre les juifs.

Joann Sfar