Juifs, votons en citoyens !

Une majorité d'électeurs juifs aurait décidé de voter pour Nicolas Sarkozy et fait activement campagne pour lui dans la communauté. C'est le choix de ces électeurs. C'est leur droit, qui n'appelle pas de commentaires autres que partisans, c'est-à-dire étrangers au débat communautaire. C'est pourquoi nous nous croyons tenus de réagir lorsqu'ils affirment voter pour tel président parce qu'ils sont Juifs. On pourrait s'interroger en effet sur les conséquences d'une affirmation qui laisse peser sur l'autre candidat un soupçon de judéophobie qui nous paraît à la fois diffamatoire vis-à-vis d'un possible futur président de la République et désastreux pour l'image des Juifs dans la société française.

Hollande / Sarkozy, les Juifs doivent-ils se choisir un candidat officiel entre les deux encore en lice au second tour ?

Si on considère que Nicolas Sarkosy, de confession catholique revendiquée, aurait un quart de "sang juif" dans les veines, on se recommande de critères racistes. Oublions donc, et observons les autres faits qui seraient censés faire de Nicolas Sarkozy le candidat naturel de l'électorat juif :

En résumé, les électeurs juifs ont parfaitement le droit d'opter pour Nicolas Sarkozy afin de ne pas payer plus d'impôts, de voir perdurer le règne d'une pensée économique libérale, d'empêcher le vote des étrangers aux élections municipales ou de voir appliquer toute autre partie du programme du candidat de droite. C'est leur choix d'individus pris en fonction de considérations idéologiques ou d'intérêt personnel comme pour tous les autres électeurs français. Mais se prononcer pour le candidat de l'UMP en tant que Juifs est en revanche une posture illégitime qui stigmatise les Juifs ayant fait un autre choix, divise la communauté et donne du judaïsme une vision caricaturale bien propre à satisfaire les antisémites.

Les sages du judaïsme expliquaient que la Tour de Babel avait été détruite pour obliger les hommes à ne plus parler une seule langue, c'est-à-dire d'une seule voix. Ce message de pluralisme venu du meilleur de la tradition juive doit être plus que jamais préservé.

Le Cercle Bernard Lazare - Grenoble